Sans la manière, les Algériens ont tout de même fait le boulot. Parfaitement lancée par un but rapide de Baghdad Bounedjah, l’équipe d’Algérie a dominé le Sénégal sans briller (1-0) ce vendredi, arrachant son deuxième sacre continental après celui de 1990, au terme d’un match plein de caractère.

Dès le début de la rencontre, les Algériens réalisaient une entame idéale avec l’ouverture du score de Baghdad Bounedjah à la 2ème minute suite à un cafouillage dans la défense sénégalaise. Bien entrés dans ce match, les poulains de Djamel Belmadi continuaient de pousser et le portier sénégalais devait s’employer sur une frappe lourde de Mahrez.

Dès la 15′ minute, les Lions de la Teranga ont commencé à sortir proprement de leur camp. Ils ont ainsi monopolisé le ballon en multipliant leur assauts sur la cage de Mbolhi qui a longuement souffert.

Au fil des minutes, les lignes s’étiraient. Cela a permis aux sénégalais de se rapprocher facilement du but de Mbolhi, qui restait néanmoins vigilant sur les frappes puissantes de Mané puis Niang . Les Fennecs, eux, se montraient attentistes et incitaient les Lions de la Teranga à jouer beaucoup plus haut pour mieux les punir en contre. La tactique aurait pu payer sans un arrêt décisif de devant Bellaili juste avant la pause. Avec la maîtrise du ballon, le Sénégal gérait tranquillement les débats pendant de longues minutes, en vain. Les poulains de Aliou Cissé ne sont pas parvenus à arracher le but d’égalisation.

En seconde période, les Sénégalais se sont installés immédiatement dans le camp algérien. Ils se sont ainsi procuré les meilleurs occasions de marquer. Mais les algériens ont affiché une solidité et une solidarité sans faille. Les offensives des Lions de la Teranga ont trouvé face à eux une muraille algérienne bien en place. Et c’est la rage de vaincre, la « grinta » et la détermination qui ont offert à l’Algérie ce titre tant convoité. Le camp algérien laisse donc éclater sa joie, comme une grande partie du public venu en masse au stade de Caire. L’exploit est immense dans cette CAN 2019

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Ali Arfaoui
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire