Migration irrégulière, information, vie parlementaire… : Au plus près des préoccupations des Tunisiens

 

Enchaînant, coup sur coup lundi 19 septembre 2023, une réunion avec le Chef du gouvernement, Ahmed Hachani, le ministre de l’Intérieur, Kamel Feki, et la ministre de la Justice, Leila Jaffel, et la tenue d’un Conseil ministériel restreint (CMR), le Président de la République a évoqué plusieurs thèmes brûlants de l’actualité nationale.

La première activité a porté sur les derniers événements concernant la situation des migrants subsahariens rassemblés sur les places publiques de Sfax.

Tout en exprimant son étonnement du silence ou du peu d’intérêt accordé par la Télévision nationale à cet épisode du dossier des migrants qu’il a qualifié de la plus haute importance, le Chef de l’Etat a rappelé les diverses péripéties de ces opérations menées avec succès par les forces de sécurité et de l’Armée nationale qui «ont accompli leur devoir sans se soucier de la présence des représentants des médias audiovisuels…»

Et d’enchaîner qu’un travail va être effectué prochainement pour les deux chaînes nationales. Il n’y a pas de ligne éditoriale à invoquer ! «Elles doivent s’impliquer dans l’action de libération», a-t-il affirmé, avant que des images, «absentes des écrans des deux chaînes nationales, ne soient passées en revue montrant, avec force détails, la situation des migrants subsahariens en Tunisie, les conditions inhumaines dans lesquelles ils vivent dans la ville de Sfax par la faute des malfaiteurs qui les exploitent, outre les embarcations préparées pour les opérations illégales de franchissement.

«Nous n’attendons pas les couvertures des médias étrangers qui nous ramèneront de fausses informations à l’instar de cette enquête tendancieuse publiée par une chaîne de télévision  qui aurait mieux fait de se mêler des affaires et de la situation de son propre pays», a précisé le Chef de l’Etat, avant d’ajouter: «Ils devraient faire preuve d’objectivité sans prétendre remplacer le ministère public. Qu’ils arrêtent leur ingérence ! »

Dans le même ordre d’idées, il a fait allusion à ces délégations qui voudraient nous inspecter, comme si nous étions encore colonisés ou sous protectorat.

Nous allons leur adresser, s’ils le veulent, des délégations pour effectuer des opérations similaires dans leurs pays respectifs.

Et de conclure en assurant : «Nous travaillons dans la transparence, plus qu’eux et je suis conscient de ce que j’avance. Ils n’ont pas à nous inspecter et ils ne sont pas les bienvenus sur notre territoire».

Au cours de la deuxième activité, sous forme d’un CMR, réunissant le Chef du gouvernement, Ahmed Hachani, le ministre de l’Intérieur, Kamel Feki, la ministre de la Justice, Leila Jaffel, le ministre des Domaines de l’État, Mohamed Rekik, et la ministre des Finances, Sihem Nemsia, le Président de la République a indiqué que la réunion permettrait d’aborder plusieurs thèmes, notamment, le projet de décret portant création du conseil des régions et des districts.

Dans ce contexte, il a affirmé que les régions sont définies par les gouvernorats alors que les districts seraient à définir, avant d’indiquer qu’un autre décret devrait être émis pour définir les relations entre le Conseil des régions et des districts et l’Assemblée des représentants du peuple.

Par la suite, il a indiqué que la réunion va examiner la question en rapport avec l’attribution des fonctions et la nécessité de supprimer l’article 9 de la loi de 2006, tout en faisant savoir qu’il existe une différence entre le grade et la fonction.

La question relative à l’audit des recrutements sera également abordée. D’ailleurs, un projet de décret sera examiné en Conseil des ministres dans le sens qu’il va falloir étudier tous les recrutements effectués de 2011 jusqu’au 30 juin 2023 au niveau de chaque ministère dans un premier temps, puis au niveau de la présidence du gouvernement.

«Cette anarchie au sein de l’administration et les recrutements effectués sur la base de l’appartenance ou de la proximité de certains partis ne peuvent être tolérés», a indiqué, encore le Président Saïed,

Lors de ce CMR, on y voit le Chef de l’État échanger avec ses ministres sur des sujets aussi nombreux que variés.

Un retour a été fait sur les récentes révélations relatives aux pratiques découvertes chez certaines banques tunisiennes de la place, à l’affaire de soupçons de blanchiment d’argent tels que décrits dans les rapports connus sous l’appellation de «Panama Papers», au conflit dans les territoires occupés de la Palestine, tout en réitérant que, pour lui, le terme de normalisation n’existe pas, aux médias et leur manière de traiter l’information, et encore à la pandémie sanitaire et la prolifération du Covid-19.

Bref, ce fut un véritable tour d’horizon portant sur les diverses questions intéressant, de près, les citoyens tunisiens et marquant leur vécu quotidien.

Laisser un commentaire