Affaire du caricaturiste Taoufik Omrane : Les précisions de la Présidence du gouvernement

 

Réagissant à l’affaire de convocation par la police du caricaturiste Taoufik Omrane qui a enflammé la Toile hier, la Présidence du gouvernement a apporté, dans un communiqué publié hier, que « le Chef du gouvernement n’a absolument aucune connaissance des poursuites pénales engagées contre M. Taoufik Omrane ». Et de souligner que « le Chef du gouvernement n’a pas vu les dessins et ne sait même pas qui en est l’auteur ».  Et d’affirmer « qu’au contraire, il n’était pas au courant de l’existence de poursuites pénales engagées contre le dessinateur précité et n’en a pris connaissance que par voie médiatique hier matin ».

Le communiqué ajoute que « si ces poursuites ont été engagées pour d’autres délits que M. Taoufik Omrane aurait pu commettre, il s’agirait d’une question purement judiciaire. Cependant, si elles ont été menées dans un but caricatural, il s’agit d’une question dans laquelle le ministère public a un pouvoir discrétionnaire selon la loi mais que la position du Chef du gouvernement est qu’une telle action n’est pas justifiée car il considère que la liberté d’expression et de créativité est garantie dans le texte de la Constitution du 25 juillet 2022, dans son quarante-neuvième chapitre ».

« Quant à ceux qui veulent confondre liberté d’expression et liberté de créativité d’une part, et délit de produire un chèque sans provision, d’autre part, ils sont comme ceux qui cherchent à retrouver du crédit qu’ils ont perdu il y a des années et veulent en reconstruire de nouveau en inventant des mensonges et en instrumentalisant les faits à d’autres fins », explique le communiqué.

Laisser un commentaire