«El Jbal» de Simone Mannino au Rio : L’Utopie revisitée par le théâtre méditerranéen

 

A travers l’histoire de «El Jbal» se dessine un rêve utopique d’un monde multiethnique et multiculturel sans guerres à la recherche d’un Dieu unique.

«El Jbal» (La montagne) est une pièce produite par Ciné-Théâtre Le Rio, Atelier Nostra Signora et l’Ensemble théâtral méditerranéen avec le soutien de l’institut de culture italien à Tunis. La pièce «El Jbal», qui a fait sa première mondiale, samedi dernier, et a été présentée le lendemain à l’espace Ciné-Théâtre Le Rio, a réuni des acteurs (et actrices) tunisiens et italiens. Trois langues sont par ailleurs utilisées dans cette œuvre ; l’italien, le français et le dialecte tunisien. La pièce met en scène un personnage oublié par l’histoire, une sorte d’homme mythique, un Dieu antique ni homme ni femme capable d’aimer au-delà des limites du possible et de régner pendant trois ans sans guerres ni assassinats. «J’ai trouvé les clés de cette histoire dans le livre de Claudia Salvatori “Le soleil invincible” dont je me suis inspiré pour accéder au coffre-fort d’Héliogabale d’Antonin Artaud et démêler ce qui semble être écrit comme un monument anti-théâtral, dit le metteur en scène Simone Mannino, et de continuer, le projet de ce jeune empereur coïncidait avec le nôtre : apporter la paix à la Méditerranée grâce à un projet de théâtre multilingue, capable de parler le seul langage possible, celui des yeux et du cœur. Créant ainsi le théâtre de l’avenir. Et à partir de ce moment, l’Ensemble théâtral Meditterraneo est né». Huit personnages sur scène dans une scénographie très élégante et bien minutieuse. Une pièce qui peut se lire dans le contexte actuel comme une réflexion sur le genre puisque le personnage central était ni homme ni femme. Dans l’histoire de «El Jbal», la sexualité n’est pas présentée comme un aspect de transgression mais comme quelque chose de sacré et c’est en même temps l’une des raisons qui explique le meurtre du personnage central. Mais la pièce est également une réflexion sur le pouvoir, la guerre et la paix et tous les aspects qui font cette puissance qui était l’Empire romain. 

Laisser un commentaire