Après la triste nouvelle du décès du Président de la République Béji Caïd Essebsi, annoncée hier jeudi, les réactions des partis étaient nombreuses, entre messages de condoléances et de sympathie, appels à l’unité nationale et à l’attachement à la Constitution. Ces acteurs de la vie politique ont exprimé leur profonde tristesse, mais aussi leur sens patriotique. En effet, la disparition de cet homme d’Etat, un des principaux acteurs de la transition démocratique tunisienne, semble avoir uni les partis politiques tunisiens

Dans un communiqué rendu public, le parti Nida Tounès a pleuré son fondateur, l’ex-président de la République Béji Caïd Essebsi affirmant « que la Tunisie a perdu un de ses plus importants leaders historiques ayant contribué à ses plus importants combats, notamment ceux qui ont conduit à l’émancipation de l’Etat tunisien souverain et à la construction de la Tunisie démocratique post-révolutionnaire.. Nida  Tounès s’engage à faire participer tous les Tunisiens dans la direction des affaires de l’Etat comme l’a toujours souhaité son fondateur, Béji Caïd Essebsi » a-t-on communiqué. Le parti Ennahdha, au nom de son président Rached Ghannouchi, a appelé tous les Tunisiens à l’unité nationale dans ces moments difficiles que traverse la Tunisie. «Nous prenons une vive part au chagrin du peuple tunisien. Affectueusement et tristement, nous exprimons toutes nos condoléances à sa famille, ainsi qu’à tout le peuple tunisien après la disparition d’un homme d’Etat parti le jour de la fête de la République, pour laquelle il s’est toujours sacrifié notamment pour bâtir la deuxième République », s’est exprimé le chef du parti Ennahdha Rached Ghannouchi. Dans ce sens, il a rappelé l’attachement de son parti au processus démocratique et à la Constitution. Pour sa part, le parti Tahya Tounès a présenté ses condoléances, les plus sincères, à la famille du défunt, ainsi qu’à tout le peuple tunisien suite à la disparition de l’un des bâtisseurs de la République tunisienne dont le nom est également lié au succès de la transition démocratique tunisienne. Le parti Afek Tounès, quant à lui, a regretté la disparition « d’un homme d’Etat parti pour laisser derrière lui une grande carrière politique et militante, ayant massivement contribué à la construction des piliers de l’Etat tunisien moderne ». Afek Tounès, qui a exprimé toute sa sympathie et ses vives condoléances à la famille du défunt et au peuple tunisien, a rappelé que Béji Caïd Essebsi a également œuvré pour le bien de la diplomatie tunisienne tout au long de plusieurs années.

Machrou Tounès a pleuré le président de la République estimant qu’un grand homme d’Etat, ayant sacrifié sa vie pour servir sa patrie, s’est éteint, présentant toutes ses condoléances au peuple tunisien, ainsi qu’à la famille du défunt. Le parti Al-Badil Al-Tounssi a appelé, via ses pages sur les réseaux sociaux, l’Etat tunisien à organiser des obsèques nationales dignes « d’un homme d’Etat ayant servi sa patrie tout au long de 50 ans notamment en renforçant le processus démocratique postrévolutionnaire ». Et d’appeler les Tunisies à s’unir dans ces circonstances exceptionnelles, autour des couleurs du drapeau national pour éviter tout acte de déstabilisation du pays. Le parti a appelé également tous les acteurs politiques à s’attacher aux articles de la Constitution pour dépasser cette période critique. Dans un communiqué rendu public sur sa page facebook, le Front Populaire a tenu à présenter ses condoléances, les plus sincères, au peuple tunisien l’appelant à l’unité nationale. Le parti appelle également toutes les formations politiques à s’attacher à la Constitution mettant en garde contre des menaces qui pourraient déstabiliser le processus démocratique tunisien.

Le Parti Destourien Libre s’est également associé à cet appel à la l’unité nationale. Dans un communiqué rendu public, le parti a présenté toutes ses condoléances à la famille Caïd Essebsi et au peuple tunisien.  Idem pour le Courant démocratique qui, après avoir exprimé toute sa sympathie avec la famille du défunt et le peuple tunisien, a appelé les Tunisiens à s’unir autour de leur patrie «comme ils l’ont toujours fait». Au nom de son parti, Harak Tounès Al-Irada, l’ancien chef de l’Etat Mohamed Moncef Marzouki a partagé « le chagrin» du peuple tunisien en ces moments difficiles, l’appelant à oublier toutes les sources de divergence en privilégiant le sens du patriotisme et de l’unité nationale.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Khalil JELASSI
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire