Tunisie | L’huile d’olive vierge extra à un prix préférentiel de 15 dinars le litre

Les ministères de l’Agriculture et du Commerce ont annoncé, samedi soir, qu’il a été décidé de consacrer une quantité de 10500 tonnes d’huile d’olive vierge extra pour la vente en détail aux consommateurs à un prix préférentiel de 15 dinars le litre, et ce, à partir du 15 décembre 2023. Et de préciser dans un communiqué conjoint que l’huile, qui sera conditionnée dans des bouteilles d’un litre, sera commercialisée sur tout le territoire tunisien.

La même source a souligné, que cette mesure a été prise suite aux recommandations du Président de la République, Kais Saïed.

L’objectif est d’offrir aux consommateurs tunisiens des quantités suffisantes d’huile d’olive vierge extra tout en tenant compte du pouvoir d’achat du citoyen.

Le 18 novembre 2023, le Président de la République, Kais Saïed, a dénoncé, lors d’une réunion avec les ministres de l’Intérieur, Kamel Feki, de l’Agriculture, Abdelmonôm Belaâti, du Commerce, Kalthoum Ben Rejeb, ainsi que le PDG de l’Office national de l’huile, Hamed Daly, la spéculation sur l’huile d’olive.

Il a ajouté que l’huile d’olive tunisienne est l’une des meilleures au monde et que la hausse de son prix est inacceptable et les explications présentées par certains visent à dissimuler le monopole et justifier le contournement des lois en vigueur. Et de poursuivre que la grande partie de la récolte est destinée à l’exportation et cette huile tunisienne est conditionnée à l’étranger, sans aucune mention de son origine.

À savoir que la production d’olives s’établira à 1 million de tonnes pour la saison 2023-2024, ce qui permettra la production de 200 mille tonnes d’huile d’olive, soit une augmentation de 11% par rapport à la saison précédente.

Le 14 septembre 2023, la représentante de la Direction générale de la Production Agricole, au ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, Dorsaf Ben Ahmed, avait indiqué lors d’une conférence de presse, que la production se répartit à raison de 23% au nord, 17% au Sahel, 35% au centre-ouest et 25% au Sud. Par ailleurs, 55% de la récolte provient du secteur irrigué.

Les gouvernorats de Sidi-Bouzid et de Kairouan contribueront à raison de 32% à la production nationale et de 53% à la production provenant du secteur irrigué.

Laisser un commentaire