16e édition de la Foire de l’Artisanat : Quand la tradition rencontre l’innovation

 

Au-delà de la vitrine qu’est la foire, le projet «ReONA» apporte un soutien financier crucial, avec des crédits adaptés à la spécialité artisanale de chaque créateur. En parallèle, une formation en communication interpersonnelle a été dispensée, et un espace d’exposition soigneusement aménagé a été mis à disposition, créant ainsi un environnement optimal pour mettre en valeur le talent artisanal. Cette édition se présente comme un catalyseur de changement, favorisant la collaboration entre artisans, améliorant les services délivrés par les délégations régionales et contribuant au développement durable du secteur artisanal tunisien.

Le coup d’envoi de la 16e édition de la Foire de l’artisanat, qui se déroulera du 15 au 23 décembre à la Maison de l’Artisanat du Denden, a été donné hier.

Organisé par l’Office national de l’artisanat à La Manouba, avec le soutien du projet «ReONA» financé par le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ), l’événement met en avant le village artisanal du Denden et célèbre les créations locales, offrant un espace commercial pour exposer et vendre les produits artisanaux.

Plus de 50 exposants y participeront, représentant les gouvernorats de La Manouba, Tunis, Ariana, Ben Arous, Zaghouan, Jendouba, Bizerte, Médenine et Sidi Bouzid, ainsi que 49 artisans d’excellence du village artisanal du Denden.

Promouvoir les créations sur les marchés internationaux

Dans une déclaration accordée à La Presse, Mamia Nabli, déléguée régionale de l’artisanat de La Manouba, a indiqué que cet événement met en lumière une variété de produits en lien avec le thème des articles de cadeaux de fin d’année. «Cette année, l’événement est marqué par un partenariat avec le projet “ReONA”, une collaboration entre l’Office national de l’artisanat et la Chambre des métiers de Frankfurt-Rhein-Main (HWK), en Allemagne. Ce projet vise à renforcer les capacités des artisans de La Manouba, et de la création à l’exportation, en fournissant des services tels que le financement, l’encadrement, l’accompagnement et l’organisation de foires pour promouvoir leurs créations sur les marchés internationaux», a-t-elle précisé.

Nabli a ajouté que le projet offre un soutien financier, avec des plafonds de subventions adaptés à chaque spécialité artisanale. De plus, une convention tripartite a été établie entre l’Office, la Banque tunisienne de solidarité (BTS) et le ministère des Finances. «Les artisans, notamment les débutants et ceux opérant dans l’informel, peuvent bénéficier de crédits atteignant jusqu’à 5.000 dinars, tandis que des crédits allant jusqu’à 12.000 dinars sont disponibles pour les artisans patentés. Les artisans universitaires issus des écoles supérieures des arts et métiers peuvent accéder à des crédits allant jusqu’à 150.000 dinars pour la création de projets».

En réponse à la question sur l’objectif de la coopération avec l’Allemagne, la déléguée a expliqué que l’accent est mis sur l’assistance dans les services variés, y compris l’encadrement et l’accompagnement, plutôt que sur l’exportation. En outre, l’action se traduit par l’organisation de foires régionales gratuites, visant à renforcer les artisans locaux dans le marché national et international.

En ce qui concerne la situation actuelle du village artisanal du Denden, Mamia Nabli a reconnu les défis économiques postrévolutionnaires. «Malgré les contraintes financières des consommateurs tunisiens, l’Office de l’artisanat s’engage à soutenir ses artisans en organisant des foires gratuites et en offrant des services gratuits pour les aider à percer les marchés locaux, nationaux et internationaux», a-t-elle affirmé.

Vers un avenir artisanal dynamique

Pour sa part, Aïcha Lamouri, chef du projet «ReONA», a assuré que pour cette édition, «ReONA» a apporté une contribution significative en préparant les artisans à participer à la foire, tout en soulignant la tenue d’une formation en communication interpersonnelle organisée deux jours avant l’événement.

«Cette formation visait à enseigner aux artisans comment valoriser leurs produits, améliorer leur profil et gagner en confiance en soi», a-t-elle indiqué, tout en assurant l’importance de bien communiquer sur les produits artisanaux, soulignant qu’il s’agit d’une démarche différente de la promotion de produits industriels, car chaque produit artisanal porte une histoire unique.

La chef du projet «ReONA» a également évoqué l’aménagement d’un espace de 600 mètres carrés dans le village artisanal du Denden, offrant aux exposants des conditions optimales pour présenter leurs créations. Cette initiative visait à fournir aux artisans un environnement favorable pour exposer leurs produits de manière attrayante.

Une autre contribution majeure du projet «ReONA» a été d’offrir une référence à l’organisation de la foire. «La délégation régionale de l’artisanat de La Manouba, bien que possédant une longue expérience avec la 16e édition, n’avait pas de procédure d’organisation formelle, ni de documentation visuelle sur les éditions précédentes. Le projet ReONA a remédié à cela en fournissant des photos et des éléments de communication, créant ainsi une référence visuelle pour les futures éditions», a-t-elle expliqué.

Quant aux objectifs globaux du projet «ReONA», Aïcha Lamouri a expliqué qu’il travaille sur trois axes principaux. Le premier axe vise à améliorer les services des délégations régionales de l’artisanat, en mettant l’accent sur l’accessibilité des services pour les artisans. Elle a souligné dans ce sens qu’il existe de nombreux services méconnus par les artisans, et le projet cherche à créer un guide regroupant toutes les informations nécessaires.

Le deuxième axe du projet encourage les artisans à travailler ensemble, favorisant la formation de groupes partageant des défis similaires. Lamouri a souligné l’approche Nucleus qui sera introduite pour encourager cette collaboration.

Enfin, le troisième axe vise à développer une charte de réseau englobant toutes les structures d’appui à l’artisanat. Cela inclut des partenariats publics et privés pour faciliter le travail quotidien des délégations régionales.

Lamouri n’a pas manqué de rappeler que le projet «ReONA», qui a débuté le 15 décembre 2022, a une durée prévue jusqu’au 14 décembre 2025 et que cette coopération vise actuellement le niveau national, mais elle envisage d’explorer des opportunités internationales dans les phases ultérieures du projet.

Laisser un commentaire