«Le peuple, tout le peuple sans exception, pleure son Président et lui rend hommage. Les voix discordantes se taisent et se joignent à celles qui lui rendent hommage. Il les a unis de son vivant et après sa mort. Je ne parle pas d’un pays européen mais je parle d’un pays arabe, la Tunisie. Oui la Tunisie, l’exception», écrit Ahmed Kandil, poète et membre de l’Union des écrivains égyptiens


Suite au décès du président de la République Béji Caïd Essebsi, jeudi 25 juillet, plusieurs artistes et intellectuels arabes ont présenté leurs condoléances au peuple tunisien, en exprimant leurs sentiments de compassion et de solidarité sur les réseaux sociaux.
Rendant hommage au peuple tunisien à la suite des obsèques nationales de Béji Caïd Essebsi, organisées avant-hier, samedi, le poète et membre de l’Union des écrivains égyptiens, Ahmed Kandil a notamment écrit : «Leur président décède et les institutions de l’Etat fonctionnent toujours, l’état d’urgence n’est pas décrété, le président de l’Assemblée des représentants du peuple prend ses nouvelles fonctions de président par intérim en cinq heures d’une manière souple et paisible. Sans déploiement des chars militaires et des véhicules blindés de la police dans les rues. Le peuple, tout le peuple sans exception, pleure son président et lui rend hommage. Les voix discordantes se taisent et se joignent à celles qui lui rendent hommage. Il les a unis de son vivant et après sa mort. Je ne parle pas d’un pays européen mais je parle d’un pays arabe, la Tunisie. Oui la Tunisie, l’exception».
Pour sa part, la chanteuse libanaise Majda El Roumi a livré le témoignage suivant en hommage au président Caïd Essebsi: «Avec sa perte, le monde arabe, le Liban comme la Tunisie ont perdu un leader clairvoyant, un homme d’esprit et une éminente personnalité libérale». «Gloire aux figures de proue dont les traces restent gravées dans l’histoire à travers les générations», écrit-elle.
Publiant sa photo avec le président de la République Béji Caïd Essebsi lors de la cérémonie au cours laquelle il l’avait décoré des insignes de l’Ordre du mérite national, le chanteur engagé libanais, Marcel Khalifa rendu hommage au Président soulignant: «Chaque fois que l’art acquiert une place élevée auprès des gens, les libertés s’élargissent».
De son côté, l’écrivain algérien Kamel Daoud a écrit : «Condoléances aux Tunisiens. Triste nouvelle que la disparition du Président Essebsi. Ce pays reste une leçon d’humilité et de sagesse face aux tentations des radicalités. Et cet homme a su l’incarner comme il a pu. Grand défenseur de la femme et de la laïcité».
D’autres artistes arabes ont présenté leurs condoléances au peuple tunisien à la suite du décès du Président Béji Caïd Essebsi à l’instar de Assi Al Hillani, Carole Samaha, Nassif Zeytoun, et Tarek Larbi Tarkan.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire