A travers les régions

 

El Jem : L’antique ville millénaire se prépare à organiser ses Journées romaines

Les septièmes Journées romaines d’El Jem auront lieu les 27 et 28 avril 2024, comme à l’accoutumée, à l’antique ville millénaire Thysdrus ou El Jem, avec son prestigieux Colisée romain classé Patrimoine mondial par l’Unesco, qui est devenu, au fil des éditions, une destination prisée par des visiteurs ravis de marcher sur les traces des empereurs, Praeco, gladiateurs et artisans, rappelant la grandeur d’une cité qui constitue l’un des joyaux du patrimoine tunisien.

 Organisée dans sa sixième édition en 2023, cette fête romaine a drainé un nombreux public cosmopolite venu découvrir le mythique amphithéâtre romain d’El Jem. L’amphithéâtre d’El Jem, érigé vers l’an 238 ap. J.-C., propose un voyage à remonter le temps à travers 1.800 ans d’histoire et de mémoire à la découverte de la richesse de la civilisation romaine.

Le public est composé de visiteurs curieux, d’avertis, de passionnés d’histoire et de culture antiques, venus de toutes les régions tunisiennes, et même de l’étranger, toutes tranches d’âge confondues, Cette manifestation, placée sous l’égide du ministère des Affaires culturelles et portée par l’association « We love El Jem » avec le parrainage notamment de l’Agence de mise en valeur du patrimoine et de la promotion culturelle (Amvppc), est un événement qui propose entre autres des spectacles et des scènes de combats de gladiateurs, de concours de tirs à l’arc, de défilés militaires, de costumes d’époque, de grandes parades, d’un show de danse romaine, ou encore d’une course de chevaux. Ces Journées sont également une occasion pour découvrir les traditions et le savoir-faire artisanal des Romains, les secrets des techniques romaines dans plusieurs petits métiers ancestraux : fabrication d’accessoires romains traditionnels (bijoux, couronnes…), mosaïques, gravures sur marbre et sur bois, articles en cuir, etc.

Gabès : Des projets coordonnés entre l’Université de Gabès et l’Université de Sabratha

Une délégation de l’Université de Gabès s’est rendue en Libye pour visiter des facultés relevant de l’Université de Sabratha et discuter avec les responsables des perspectives de partenariat entre les deux universités.

Dans une déclaration, le président de l’Université de Gabès, Kamel Abderrahim, a souligné qu’à l’issue de la visite de trois jours, les deux parties ont convenu de collaborer au niveau du doctorat dans le domaine de l’ingénierie et de former des équipes de recherche mixtes pour participer aux «Journées du doctorat» qui seront organisées par l’École doctorale de Gabès.

Il a également été convenu d’échanger des visites d’étudiants dans diverses disciplines scientifiques et de préparer un projet pour former des groupes et des unités de recherche dans les universités libyennes selon le modèle suivi dans les universités tunisiennes et qui sera, par la suite, soumis aux ministères de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique tunisien et libyen pour approbation. Un colloque scientifique est prévu entre la faculté d’Economie et de sciences politiques de Sorman et l’Institut supérieur de gestion de Gabès sur «l’économie et le développement durable», outre la collaboration dans le domaine des langues entre l’Institut supérieur de langues de Gabès, l’Institut supérieur des sciences humaines de Médenine et la faculté des Langues de Sorman et le Centre des langues de l’Université de Sabratha.

Selon la même source, il a été aussi convenu de former une équipe géologique mixte entre le département de géologie de la faculté des Sciences de Sabratha et le département de géologie de l’Université de Gabès pour étudier les phénomènes environnementaux, en particulier le phénomène de la ville de Zliten, et d’organiser une exposition et des ateliers de travail conjoints dans le domaine des arts entre la faculté des Arts de l’Université de Sabratha et l’Institut supérieur des arts et métiers de Gabès.

Nabeul : La success story de la culture des fraises au Cap Bon

La récolte des fraises dans la région de Nabeul, qui assure près de 90% de la production nationale, devra atteindre, au cours de cette saison, 20 mille tonnes, contre 16 mille tonnes enregistrées au cours de la saison écoulée, a indiqué le président de l’Union régionale de l’agriculture et de la pêche, Imed El Bey.

Dans une déclaration, il a précisé que les surfaces réservées à la culture de la fraise dans les délégations de Korba, Béni Khiar et Dar Chaâbane El Fehri sont estimées à 380 hectares sur un total de 478 ha des surfaces programmées.

Et de préciser que les superficies cultivées pour la saison écoulée se sont élevées à 520 ha, notant que la baisse du rendement dans la culture du fraisier s’explique par le changement climatique et le manque de pluie. El Bey ajoute que les agriculteurs producteurs de fraises ont pâti d’un certain nombre de problèmes, au cours des dernières saisons, notamment le manque d’eau et la hausse des coûts de production résultant des prix élevés des produits agricoles et des pépinières.

La saison des fraises se poursuivra durant 6 mois, ce qui permettra d’offrir 200 mille jours de travail à la main-d’œuvre à l’intérieur et l’extérieur du gouvernorat de Nabeul.

Laisser un commentaire