a Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA) a invité, mardi, les médias à respecter la pluralité et la diversité et à assurer une couverture objective et neutre pendant la période électorale.

La HAICA a fait part de la présence d’indicateurs négatifs observés par l’unité de monitoring de la HAICA. Il s’agit notamment de l’exclusion « des petits partis ».

Selon Hichem Senoussi, membre de la HAICA, l’instance a reçu des plaintes de la part de certains « petits partis » qui déclarent « subir une exclusion systématique des médias audiovisuels ».Senoussi qui s’exprimait au cours d’un workshop sur « Le pluralisme et le droit d’accès aux médias au cours de la période électorale », a appelé les médias à inviter les différents partis politiques sur leurs plateaux.De son côté, Nouri Lajmi, président de la HAICA, a relevé que l’instance garantit, à l’ensemble des partis politiques, le droit de passage dans les médias, en particulier pendant la période électorale afin de « rapporter les informations nécessaires à toutes les sensibilités politiques et de permettre au citoyen tunisien de suivre les derniers développements ».

Pour sa part, Loujaine el-Héni, responsable de l’unité de monitoring de la HAICA, a présenté le rapport relatif au pluralisme dans les médias audiovisuels pendant la période préélectorale et donné un aperçu des chiffres relevés au cours des deux premiers jours et relatifs à la couverture des différentes activités politiques des partis.

Quantitativement, l’initiative « 3ich tounsi » occupe la première place, suivie du mouvement « Ennahdha », de « Nidaa Tounes » sur les chaines de télévision. Alors que dans les programmes radiophoniques, la première place revient au parti « Béni Watani », suivi d’ »Al-Moubadara » et d’ »Al-Badil ».

Quant au taux de présence des femmes politiques dans les médias, il ne dépasse pas les 8 pc.

Par rapport au temps consacré aux acteurs politiques, Loujaine el-Héni a indiqué que la télévision « Al-Hiwar » occupe le premier rang, suivie d’ »Attessia » et de la « Wataniya 1 ». Cette dernière, estime el-Héni, devrait accorder davantage de plages horaires aux acteurs politiques, notamment aux candidats, afin de garantir le respect de l’égalité de chances.

Pour les radios, « Diwan FM » se positionne en tête, suivi de « Mosaïque FM » et de la « Radio nationale ».

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire