Produit par Cinetelefilms Prod, 13 Productions et Dolce Vita Films, ce long métrage écrit et réalisé par Mehdi M. Barsaoui  réunit les acteurs Sami Bouajila, Najla Ben Abdallah, Youssef Khemiri, Noomen Hamda, Slah Msaddek et Mohamed Ali Ben Jemaa.

Cela faisait 10 ans que le cinéma tunisien n’a pas été présent en compétition officielle du Festival international du film de Venise, la Mostra de Venise. C’était d’ailleurs le film «Dawaha» (Les secrets) de Raja Amari qui avait été sélectionné à la 66e édition de cette prestigieuse biennale de cinéma dans la section «Orizzonti». Néanmoins, d’autres films tunisiens ont intégré la programmation du festival en hors compétition.
Cette année, la sélection officielle «Orizzonti», destinée à récompenser une première œuvre d’un réalisateur, ouvre ses portes au film «Un Fils» de Mehdi M. Barsaoui qui y fera sa première mondiale lors de la 76e édition qui se tient du 28 août au 7 septembre 2019.
Produit par Cinetelefilms Prod, 13 Productions et Dolce Vita Films, ce long métrage, écrit et réalisé par Mehdi M. Barsaoui  réunit les acteurs Sami Bouajila, Najla Ben Abdallah, Youssef Khemiri, Noomen Hamda, Slah Msaddek et Mohamed Ali Ben Jemaa.
Les événements se déroulent en Tunisie durant l’été 2011. Farès et Meriem filent des jours heureux avec Aziz, leur fils de 11 ans. Durant un séjour dans le sud du pays, un événement vient changer le cours de leur vie. Alors qu’une course contre la montre s’enclenche, des vérités longuement enfouies commencent à refaire surface.
Dans une déclaration à l’agence TAP, le réalisateur Mehdi M. Barsaoui a fait savoir que le processus de l’écriture de son premier long métrage est un mélange d’éléments autobiographiques et d’expériences de la vie, précisant que «Un Fils» traite essentiellement du sujet de la paternité et de la relation complexe du couple sur fond d’événements politiques».
«Mon film est apolitique», a tenu à souligner le réalisateur en expliquant que le contexte historique contemporain n’est qu’un prétexte pour mettre la lumière sur les conséquences du politique sur la vie d’une famille.
La présence tunisienne sera marquée, également, par la participation de l’actrice Hend Sabri  qui fera partie du jury auprès de  Emir Kusturica,  Antonietta De Lillo  et  Michael J. Werner, et aura la lourde tâche de décerner le Prix Luigi De Laurentiis  du premier long métrage. Un prix qui a été remporté en 2016 par «The last of us», premier film d’Alaeddine Slim.
Bonne chance et bonne continuation!

Charger plus d'articles
Charger plus par Meysem MARROUKI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire