«Multifacette», exposition de Ahmed Zelfani à la galerie TGM: A vivre sur plusieurs temps

L’empreinte théâtrale de Zelfani se fait encore plus vive et présente dans ses récentes œuvres où il met en scène, en pose et en situation, différents protagonistes féminins et masculins pour raconter, en petites dimensions d’huiles sur papier ou sur toile, des «Histoires courtes», assigner des rôles dans «Pose», parler «d’Hier au soir» et de la «Femme en rouge».

De formation littéraire, Ahmed Zelfani, un artiste accompli, autodidacte de la photographie à la peinture, en passant par la dramaturgie et la scénographie, expose depuis 30 ans en Tunisie et à l’étranger.

Ses premières amours furent avec le verbe : «J’ai divisé la lettre en deux et j’ai fait parler la moitié…», dit l’un de ses poèmes.

L’image prend chez lui toutes sortes d’expressions : se déployant sur les planches de théâtre qui donnent corps à ses textes, se reflétant à travers son appareil photo ou prenant forme sur la toile à travers une palette onirique à souhait.

«L’art n’a pas de frontières et sa seule demeure est l’émotion», disait-il. Une émotion qu’il déploie, de et à nouveau, dans une nouvelle exposition de peintures qui s’est faite attendre et qu’il a intitulée «Multifacette»

Inaugurée le 22 février dernier pour se poursuivre jusqu’au 16 mars 2024, à la galerie TGM à la Marsa, l’exposition est scénographiée selon la chronologie des œuvres et/ou leurs dimensions. Ainsi, dans le premier espace de la galerie, on rencontre une sélection d’anciennes huiles sur toile (de grands formats datant de 2008, 2009, 2011, 2012). On y plonge dans l’univers onirique et poétique de Zelfani, pour retrouver, entre autres, ses fameuses figures féminines qui nous tournent le dos. Déployées en solo ou en groupe dans des décors champêtres, dans des présences sinistres et étranges, elles semblent scruter des ailleurs qui nous échappent.

Tout droit sortis d’un vers, d’un rêve, ou d’une rencontre fortuite, ces propos picturaux sur le temps, l’espace, leurs déformations, leurs articulations et étirements, font écho à ce qui fait son œuvre : une perpétuelle quête, une histoire d’amour, une concrétisation du désirable, du rêve… Un rêve persistant et errant depuis l’enfance que l’artiste continue à chercher.

Les deux autres espaces de la galerie dévoilent des œuvres plus récentes (2015, 2019, 2020, 2021 et 2022) avec l’apparition ici et là d’autres plus anciennes, histoire peut être de souligner un fil conducteur, une certaine continuité. Une continuité sur laquelle Zelfani base son travail, ne permettant aucune rupture entre la poésie, le théâtre, la photo et la peinture. Cela explique qu’avant, par exemple, il ne datait pas ses œuvres, car pour lui faisant partie d’une seule entité indissociable qui doit mener indéniablement vers une émotion échangée avec le spectateur.

À partir de là, l’accrochage des œuvres se fait sur une base dimensionnelle avec dans la salle du milieu des petits et des moyens formats et dans la dernière grande salle de très grands formats longilignes.

L’empreinte théâtrale se fait encore plus vive et présente dans ces récentes œuvres où il met en scène, en pause et en situation, différents protagonistes féminins et masculins pour raconter, en petites dimensions d’huiles sur papier ou sur toile, des «Histoires courtes», assigner des rôles dans «Pose», parler d’«Hier au soir» et de la «Femme en rouge». Ou pour dévoiler dans ses très grandes dimensions dont certaines abordées en techniques mixtes, des clowns longilignes, tristes évoluant dans une géométrie austère, des personnages verticaux aux membres incroyablement étirés, des Arlequins géométrisés, des êtres émanant furtivement de l’obscurité et des faces réalistes et/ou réels (avec intégration d’images réelles tirées de photographies) qui contrastent avec le traitement abstraitisant des autres figures et où il renoue avec sa période photo-peinture.

«Multifacette» est l’exposition, comme l’annonce son titre, révélant un faire multiple, opulent, épais et pléthorique qui assène des émotions tous azimuts et qui, à l’instar d’une œuvre théâtrale ou cinématographique, doit être vue et vécue sur plusieurs temps. Une œuvre aux multiples faces à l’image de son géniteur qui a toujours aimé expérimenter de nouvelles pistes et explorer des zones inconnues. «Certains disent que derrière mes peintures se cachent plusieurs peintres et c’est ce qui fait que mes travaux ne se ressemblent pas…», c’est peu de le dire, Monsieur Zelfani.

Laisser un commentaire