CA – Une énième crise : Youssef El Almi, le compte à rebours

 

Le président clubiste est de plus en plus contesté après ses nombreux ratages. Une grande pression pour qu’il quitte, avec une grogne démesurée dans le giron du club.

Pour la 2e année de suite, le CA sort par la petite porte lors de la coupe de la CAF. L’année dernière, c’était au tour éliminatoire contre «Young Africans» et, cette année, une sortie «humiliante» par le biais d’un club inconnu et marginal qui a récolté son premier point au classement dimanche dernier ! Une lourde contreperformance qui ponctue une série de contre-temps en championnat (défaites contre l’ESS et le ST en première phase), ainsi que le départ de Saïd Saïbi, puis de Cavalli et l’intronisation d’un Mondher Kebaïer qui a tout perdu en une semaine. Cela ne pouvait pas passer inaperçu, parce qu’autrement, le CA aurait «sympathisé» avec les échecs et les crises. Dans les rues, dans les cafés, partout où il y a ce grand public du CA (c’est la seule composante qui reste grande au CA !), et sur la Toile, l’élimination en coupe de la CAF a créé un tollé général à l’encontre de Youssef El Almi, le président clubiste.

Ses nombreux échecs non seulement en football, mais aussi en hand et en basket, ses choix autoritaires et émotifs, ses réflexes de supporteur qui n’a pas une idée de ce que représente le statut de président du CA font de lui, en ce moment, la cible de toutes les vives protestations. Et les supporters ne cachent plus leur envie de le voir partir, lui et tous ses dirigeants-amis «incompétents» et «profiteurs» en football surtout.

El Almi, qui a été investi par le fameux comité des sages faute de candidatures aux élections annulées (en partie parce que les conditions exigées ont été taillées sur mesure), est discrédité par plusieurs cellules de supporters dans les régions. Le compte à rebours a commencé pour lui quels que soient les résultats des équipes en course. Car, en même temps, on relève beaucoup de problèmes dans les différentes sections avec un mauvais encadrement et le casse-tête du financement.

On apprend que des contacts sérieux se font actuellement avec les membres du comité des sages pour forcer un changement d’ici la fin de la saison. La balle est dans le camp des ex-présidents et dirigeants du CA qui ne veulent plus assumer leur devoir envers un club qui leur a tout donné (célébrité, relations, crédit social, accès au monde des affaires). Ils ont investi et protégé Youssef El Almi contre vents et marées, mais après les déboires en coupe de la CAF et les incalculables erreurs et dépassements commis par Youssef El Almi, ils n’ont plus intérêt à justifier son incompétence criarde. Le CA mérite sûrement un président plus sobre et plus compétent: Une autre personne à sa place aurait démissionné après le match de dimanche et le feuilleton triste des dernières semaines en football ! Mais il ne l’a pas fait parce qu’il tient à son siège jusqu’à la mort.

Laisser un commentaire