Saïed : «La liberté ne veut pas dire le chaos, et il n’est pas admis de défier l’État et ses institutions»

 

Le Chef de l’Etat a rappelé les constantes de la diplomatie tunisienne dont la plus importante est l’indépendance de la décision nationale, issue de la volonté du peuple, et le rejet par notre pays de toute ingérence dans ses affaires intérieures. «La Tunisie n’accepte de traiter avec n’importe quelle partie autrement que sur un pied d’égalité», a-t-il dit.

Le Président de la République, Kaïs Saïed, a rencontré hier, au Palais de Carthage, M. Kamel Féki, ministre de l’Intérieur, M. Mourad Saïdane, directeur général de la Sûreté nationale, et Houcine Gharbi, directeur général et commandant de la Garde nationale.

Le Président de la République a passé en revue la situation générale sécuritaire dans le pays, soulignant la nécessité d’imposer à tous le respect de la loi.

Le Chef de l’Etat a rappelé qu’il n’est pas admis de défier l’État et ses institutions, et que la liberté ne veut pas dire le chaos, car toutes les libertés doivent être exercées dans le cadre de la loi, expliquant que certaines parties occultes cherchent à attiser la situation et à provoquer des crises.

Le Chef de l’Etat a salué les efforts déployés par le ministère de l’Intérieur en coordination avec d’autres organismes de l’État, pour lutter contre le phénomène de la spéculation pendant le mois sacré du Ramadan et à l’occasion de l’Aïd El-Fitr, appelant à ce que ces opérations ne soient pas seulement des campagnes limitées dans le temps, mais plutôt un travail continu.

Il a également recommandé une plus grande vigilance pour faire face à toutes sortes de défis, soulignant qu’il n’y a pas de retour en arrière d’un iota, et qu’il n’y a pas non plus de recul dans la poursuite de tous les corrompus qui tablent encore sur la sédition et la discorde.

Constantes de la diplomatie

Le Président de la République a reçu également hier M. Nabil Ammar, ministre des Affaires étrangères, de la Migration et des Tunisiens à l’étranger.

Le Chef de l’Etat a rappelé les constantes de la diplomatie tunisienne dont la plus importante est l’indépendance de la décision nationale, issue de la volonté du peuple, et le rejet par notre pays de toute ingérence dans ses affaires intérieures. «La Tunisie n’accepte de traiter avec n’importe quelle partie autrement que sur un pied d’égalité», a-t-il dit.

Cette réunion a également été l’occasion de discuter des prochaines échéances diplomatiques, que ce soit au niveau bilatéral ou multilatéral.

Le Président de la République a souligné le rôle des consuls à l’étranger et la nécessité d’une plus grande assistance aux Tunisiens résidant à l’étranger car bon nombre d’entre eux se heurtent à la difficulté de se déplacer de leurs lieux de résidence aux consulats sans pour autant obtenir les services dont ils ont besoin.

La réunion a également abordé la question de la migration irrégulière, où le Président de la République a souligné une nouvelle fois que la Tunisie, qui traite les migrants avec humanité, refuse d’être un point de passage, ni un lieu de résidence, indiquant dans ce contexte que ce phénomène qui s’aggrave de jour en jour n’a jamais été provoqué par la Tunisie, mais qu’au contraire, elle endure les conséquences d’un système mondial dont résultent ces conditions inhumaines. A cet effet, le Chef de l’Etat a souligné que «les organisations internationales spécialisées qui étaient censées soutenir la Tunisie se contentent souvent de déclarations ou cherchent à imposer la politique du fait accompli que les Tunisiens n’accepteront jamais».

Accélérer la réalisation de nombreux projets

Sur un autre plan, la rencontre qui a réuni le Président de la République, Kaïs Saïed, hier, avec Mme Sarra Zaafarani Zenzri, ministre de l’Equipement et de l’Habitat et chargée de la gestion du ministère des Transports, a abordé un certain nombre de projets liés aux infrastructures dont les travaux sont en cours ou ceux dont les travaux seront entamés prochainement.

Le Chef de l’Etat a donné ses instructions pour accélérer la réalisation de nombreux projets qui n’ont pas été lancés à cause d’un cadre législatif qui n’est plus approprié ou à cause de situations inventées pour perturber ou retarder leur réalisation.

Parmi les projets évoqués figure la restauration du Stade olympique d’El Menzah dans le cadre de la coopération entre la République tunisienne et la République populaire de Chine. Le Chef de l’Etat a appelé à cet effet à mener des travaux de réhabilitation complète de la cité sportive d’El Menzah.

Le Président de la République a expliqué que négliger ces installations sportives pendant une longue période était inacceptable et a fait remarquer qu’aucun entretien n’avait été effectué depuis plus d’une décennie, comme c’est le cas pour la piscine municipale du Belvédère et d’autres installations. «L’objectif est de les négliger en prévision de leur cession à autrui ou de les occuper pour des raisons désormais connues du peuple tunisien», a-t-il souilgné.

Au cours de cette réunion, le projet d’achèvement de la route reliant Majel Bel Abbes et oum Al-Qassab a également été évoqué après avoir achevé les procédures liées aux appels d’offres.

Dans le domaine des transports, le Président de la République a recommandé la nécessité de mettre le plus grand nombre possible de moyens de transport publics à la disposition des citoyens pour mettre fin à leurs souffrances quotidiennes dans les transports.

Laisser un commentaire