Pour voir le grand huit, le CA doit battre l’USBG dans son fief: Un défi vertigineux

L’affiche face à l’USBG en seizièmes de finale n’en sera que plus probante sur la capacité de réaction d’un CA qui doit reprendre le dessus ou s’enliser dans les abîmes de l’absolu…

L’un s’accroche à la course au sommet et l’autre se bat pour ne pas tomber. Ça, c’est la situation respective du CA au play-off et de l’USBG au play-out. Sauf que là, l’enjeu est différent avec un improbable seizième de Coupe où les deux équipes partent à chances égales, quoique Ben Guerdane part avec l’avantage de recevoir dans son fief. Aujourd’hui donc, le CA, un des recordmen de l’épreuve, ira défier l’USBG dans son antre. Et si dans cette compétition particulière, le CA croit souvent en sa bonne étoile et atteint régulièrement les phases avancées pour ne pas dire monter sur la plus haute marche du podium, croiser Ben Guerdane chez lui n’est forcément pas de tout repos, surtout pour un CA pas vraiment au mieux, notamment depuis ce fameux raté intégral en C3 face au modeste onze d’Academica Lobito. Pour le CA d’Ahmed Khélil, l’opposition contre l’USBG servira donc de révélateur. Et récemment, à l’entraînement, le coach Kbaïer a tenté de reconsidérer ce qui n’a pas fonctionné face au ST en championnat pour rectifier le positionnement des uns et des autres, interrompant même les actions lors du match d’application pour replacer ses joueurs au camp de base du CA.

Un adversaire idéal pour s’étalonner

Avant donc de retrouver ses joueurs sur le pré de Ben Guerdane, le coach a aussi exprimé le fond de sa pensée au groupe de joueurs, un groupe qui a besoin de produire davantage de jeu via un match accompli pour retrouver la réussite. Il faut dire que depuis quelque temps, l’attaque ne carbure quasiment plus avec un seul but marqué en quatre rencontres de play-off. Et pourtant, Kbaïer a fait tourner, a composé avec les absents, a relancé certains avants et en a ménagé d’autres. Sauf que ni Hamdi Laâbidi, ni Dhaouadi, ni encore moins Eduwo n’ont fait la différence, du moins sur le tableau d’affiche, alors que Meziani et Arfaoui, par contre, ont apporté de la fraîcheur et du dynamisme, une fois incorporés face au ST. Ce faisant, si l’attaque ne performe donc pas, serait-ce la faute aux médians et aux pistons, appelés à mettre la pression et davantage les attaquants en situations favorables? En l’état, si l’indispensable Ahmed Khélil ne peut tout cumuler au cœur du jeu, le jeu singulier de Chiheb Laâbidi a, par contre, une incidence directe sur le rendement d’ensemble. Face au Stade, le relayeur-répartiteur clubiste a manqué de suite dans les idées, de maîtrise et de clairvoyance pour servir à terme le jeu. Dans le même temps, Ben Yahia accuse le coup et gagnerait à reprendre son souffle quelque temps (Dridi peut faire l’affaire). Voilà pour les constances et les absences clubistes du moment, sans oublier cet axe défensif mal à son aise alors que dans le même temps, le CA n’a pas encore trouvé la solution sur le flanc gauche. Un obstacle de taille se dresse donc devant le CA à Ben Guerdane.

Après un début de play-off très compliqué, entre l’inconstance de certains et des résultats peu convaincants, le CA se doit maintenant de faire bonne figure face à l’USBG, un match qui devrait nous en dire long sur la capacité d’ensemble à réagir lors d’une rencontre à élimination directe. Pourquoi ? Parce que l’USBG est l’adversaire idéal pour s’étalonner, se relancer et par là même faire fructifier ce qui doit l’être dans la perspective de la dernière ligne droite du play-off. A Ben Guerdane, le Club Africain ne croisera pas  une équipe d’une dimension supérieure à toutes celles qu’il a croisées jusqu’à présent, mais c’est un tout autre match qui attend le CA face à un adversaire qui compte sur cette explication pour se refaire une santé. Aujourd’hui, l’heure des choix a sonné pour Mondher Kbaier. Pour une affiche de cette envergure, qui plus est en Coupe de Tunisie, il devra aligner son meilleur onze type. Bref, la question de son onze de départ sera ainsi brûlante et celle de son système avec. En amont maintenant, histoire d’avoir un meilleur regard sur le chemin parcouru, l’on note que depuis son arrivée, Kbaïer a toujours privilégié en championnat un plan en 4-3-3, mais en cours de jeu, physionomie de match oblige, il est aussi passé du 4-2-3-1 au 4-2-4. Là, à l’occasion, trancher ce débat donnera une première indication sur le choix des hommes.

En clair, l’on ne sait pas si Arfaoui retrouvera son rang de titulaire, au milieu ou sur le couloir. Si Dhaouadi est reconduit à droite. Si Hamdi Laâbidi est maintenu en réserve au profit de Meziani. Si Eduwo, en berne récemment, est préservé au profit de Garreb, voire Snana. Bref, tout dépendra de l’option choisie. Celle de voir un CA renforcer son milieu ou d’armer davantage l’attaque? Rendez-vous est donc pris cet après-midi face à l’USBG pour être fixé, et c’est pourquoi cette affiche n’en sera que plus probante sur la capacité de réaction d’un CA qui doit reprendre le dessus ou s’enliser dans les abîmes de l’absolu…

Laisser un commentaire