Le CAB au forceps en Coupe face à l’AS Mhamdia: Maher Kanzari : «Nous sommes à 60% de nos moyens»

« Construire une équipe compétitive n’est pas une mince affaire », laisse sous-entendre le coach bizertin au terme de la difficile qualification du CAB aux dépens de l’Avenir Sportif d’El Mhamdia.


Privés de leurs coéquipiers étrangers à l’occasion de ce seizième de finale, les « Jaune et Noir» n’ont pas eu la partie facile pour venir à bout de adversaire divisionnaire. La courte victoire sur le score de  (2-1) en est la preuve. Si l’on considère que Dame Coupe apporte à chaque tour son lot de surprises, on peut penser que  les camarades d’Achraf Krir se sont bien acquittés de ce périlleux déplacement. Deux enseignements majeurs sont à retenir de ce match. Il n’a échappé à personne que la formation cabiste a joué sans les services de pas moins de 6 titulaires à savoir les étrangers Seydi, Konté, Cissoko, ainsi que Guessmi, Ben Zitoun et Fellahi tous trois blessés. C’est donc plus de la moitié de l’équipe qui n’était pas disponible.

Balles arrêtées, mon doux souci

Ce faisant, il ne s’agit pas de justifier cette petite victoire mais  plutôt de mettre en lumière l’émergence de certains espoirs que le staff technique a intégrés dans le groupe des séniors. Certains étaient rentrants comme Rhimi, Rhibi, Mideni et Ben Hassine, et d’autres ont été incorporés en cours de match.

On pense à Khelifi, Ouedfen et R. Mechergui. Et pour un onze remanié et fortement rajeuni, ce fut une réussite puisque les deux buts du CAB ont été l’œuvre de Ben Hassine et Khelifi. Maintenant que ces jeunes ont eu cette opportunité, il va falloir leur donner suffisamment de temps de jeu pour pouvoir exprimer leurs qualités techniques. L’entraîneur Kanzari sait mieux que quiconque que seule la multiplication des rencontres leur permettra d’acquérir de l’expérience. «Tous ces jeunes sont en apprentissage et il faut encore du temps pour atteindre le niveau escompté d’une équipe qui peut concurrencer les meilleures en Ligue 1. Nous avons encore du travail devant nous. Je pense qu’on est à 60% de ce qu’on peut faire. La marge de progression est cependant  importante», affirma-t-il en fin de rencontre. Concernant le second enseignement, les observateurs comme Kanzari n’ont pas manqué de relever une certaine faiblesse au niveau des balles arrêtées. Le coach cabiste craint que les erreurs à répétition n’entament le moral de ses troupes et déclare à ce propos : «Il est vrai qu’on a encaissé lors des dernières rencontres des buts sur corner et sur coup franc.

On a tout simplement manqué de concentration en défense. Il ne faut pas que ça devienne une fixation pour les joueurs. Il faut juste  remédier au plus vite à cette défaillance». Il n’empêche qu’une victoire fait toujours du bien. L’essentiel pour le CAB était de se qualifier au prochain tour, les huitièmes de finale. Maintenant que l’objectif à court terme est atteint, il ne reste plus qu’à travailler encore et encore afin de progresser à tous les niveaux. Accéder donc à un palier supérieur exige de la matière  et des  sacrifices…

Laisser un commentaire