Afin de respecter les délais assignés, il a été recommandé aux laboratoires scientifiques d’assurer une fréquence d’analyse minimale de 35 échantillons de semences céréalières par jour.

Après la récolte céréalière record enregistrée cette année, le ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche s’apprête désormais à assurer les préparatifs de la campagne d’analyse et de fixation des semences céréalières pour la prochaine campagne agricole.
Selon les données préliminaires rendues publiques lors d’un point de presse tenu jeudi dernier par le département de l’agriculture, la récolte céréalière enregistrée au cours de la saison 2018/2019 permettra la production d’une quantité de semences «fixées» record pouvant atteindre entre 460 et 500 mille quintaux de graines «fixées». Ces estimations ont été établies, suite aux campagnes d’observation menées par les agents du département de l’agriculture en vue d’examiner les parcelles réservées à l’intensification des semences.

Un rendement exceptionnel
Les résultats qui en découlaient affichent essentiellement deux prouesses pour la saison en cours, à savoir un rendement exceptionnel des céréales ayant dépassé, à maintes reprises, les 60 quintaux par hectare et une augmentation assez importante de la superficie des parcelles réservées à l’intensification des semences en graine.
En effet, la campagne officielle de contrôle a révélé un accroissement de 5,1% de la superficie allouée à l’intensification des semences par rapport à la saison 2017/2018, la hissant ainsi à un total de 23.710 ha. Quant à la quantité des semences produites après conditionnement, cette dernière est estimée à 560 mille quintaux, soit une augmentation de 14,5% par rapport à la saison précédente.
Par ailleurs, le département de l’agriculture a annoncé un ensemble de mesures en vue de préparer la campagne d’analyse et de fixation des semences céréalières qui sera bientôt lancée. L’objectif étant de respecter les délais assignés avant le démarrage de la nouvelle campagne agricole. On cite principalement, le renforcement de l’équipe des techniciens analystes relevant du laboratoire national d’analyse de façon à augmenter la capacité de réception des échantillons à analyser à plus de 50 échantillons par jour, la fixation d’une fréquence minimale d’analyse égale à 35 échantillons analysés par jour outre l’ouverture du laboratoire pendant le week-end en cas de besoin.

Charger plus d'articles
Charger plus par Marwa Saidi
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire