Devant le théâtre  de Hammamet archicomble, Marwane Khoury, «l’émir de la chanson romantique arabe », comme le surnomme la presse, a envoûté durant deux heures un public féminin particulièrement qui s’est trémoussé sur ses célèbres refrains.

Une soirée exceptionnelle au cours de laquelle le compositeur, chanteur et arrangeur de renom a interprété une grande partie de son répertoire depuis ses débuts jusqu’à nos jours.

Accompagné d’un piano blanc qui trônait au milieu de la scène et entouré de neuf musiciens et deux choristes, Marwane Khoury a eu toute la soirée pour lui seul pour affronter le public de Hammamet qu’il retrouve après plus d’une dizaine d’années d’absence. Avec sa petite voix mélodieuse, il a réussi à charmer ses fans en les entraînant dans un voyage musical romantique tout en douceur, et ce, malgré quelques problèmes techniques qu’il a su brillamment surmonter sans que le public ne s’en aperçoive.

Souriant du début à la fin du spectacle, le chanteur était ravi de l’accueil enthousiaste du public de Hammamet qu’il retrouve après une longue d’absence. « Kel Al Qassayed », « Khidni Maâk », « Albi Daq », « Baâdek ya Hawa » et d’autres génériques de feuilletons qu’il a lui-même composés ont magnétisé la foule que le chanteur a pu charmer avec tact et professionnalisme.

Munis de leurs téléphones portables, les nombreux fans ont enregistré de larges extraits du show y compris Olivier Poivre d’Arvor, ambassadeur de France en Tunisie, présent parmi le public qui a également filmé les moments forts du spectacle. Avec sa voix angélique et sa présence magnétique, Marwane Khoury a su célébrer la musique de variété en utilisant des instruments occidentaux qui donnaient des sonorités modernes adaptées à notre époque.

Durant les deux heures du spectacle, le chanteur a alterné les rythmes forts et énergiques qui permettaient à l’assistance de chanter et de danser avec des mélodies moins saccadées et entraînantes servies par différents genres d’instruments : orgue, guitare, percussions, cithare, batterie et piano. Toute cette batterie donnait la mesure à des compositions originales au style qui est un mélange entre oriental et occidental. Des titres devenus des tubes grâce à Elissa, Carole Smaha, Fadhel Chaker, Majda Roumi, Najwa Karam, Saber Rebai et dernièrement Olfa Ben Romdhane.

Outre les succès connus du public, Marwane Khoury s’est hasardé à chanter de nouveaux titres qui lui ont permis de mesurer la qualité de l’audience. En effet, les spectateurs  toujours sous le charme de leur vedette ont apprécié la démarche et ont écouté dans le recueillement les récentes nouveautés.  Rappelons qu’il a reçu de nombreuses distinctions tout au long de sa carrière : Murex d’Or en 2003 pour son album « Khayel El Omr », « Kel Al Qassayed ». L’année 2004 marque le début de sa carrière au sein de la compagnie de production Rotana. La même année, il remporte un second Murex d’Or en tant que chanteur et compositeur, meilleur clip et meilleur album.

La Maison de l’Opéra du Caire l’accueille en 2007 pour une participation au festival de la musique arabe. La même année, il décroche son troisième Murex d’Or pour « Ya Rab » sacrée meilleure chanson de l’année. Récemment, il entreprend une nouvelle expérience enrichissante dans le domaine de la présentation des programmes télévisés sur la chaîne Rotana dans l’émission « Tarab ». Marwane Khoury a encore de la pêche et de l’avenir. Il reviendra sûrement sur les scènes de Tunisie au grand bonheur de ses fans.

Charger plus d'articles
Charger plus par Neila GHARBI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire