Tous les échos qui nous parviennent confirment la tendance favorable que traverse le tourisme hôtelier en Tunisie avec des établissements pleins à craquer durant la haute saison. Un vent de nostalgie retrouvée souffle sur la région d’Hammamet qui connaît une ambiance chaleureuse et festive. Tout baigne dans l’huile !

Ce serait un doux euphémisme de dire que le tourisme tunisien retrouve toutes ses marques, tellement cela saute aux yeux avec de nombreux indicateurs au vert. Le chiffre exceptionnel de neuf millions de touristes à l’issue de l’année 2019 promis par le gouvernement tunisien  fait désormais l’unanimité auprès des vacanciers de tous bords qui voient des touristes défiler de partout et venir de divers horizons. A Hammamet, lieu phare du tourisme en Tunisie depuis des décennies, la région continue plus que jamais de faire recette et de générer son flux de touristes issus des quatre coins du globe. On a passé au peigne fin le séjour à l’hôtel des clients passionnés par le Cap Bon qui ont livré des témoignages croustillants permettant de décrire la qualité de leur séjour.

Le service budget «vacances» varie selon les familles et les moyens dont dispose chaque ménage tunisien ne sont pas identiques mais il ressort des envies similaires : la baignade en piscine pour les enfants et la mer pour profiter du sable et de la plage. On y ajoutera l’envie de boire à grandes gorgées toutes sortes de boissons fraîches et de profiter de la restauration pour ménager et reposer les mains des mères de famille fatiguées par la cuisine toute l’année. Pour créer de l’ambiance, tout le personnel y met du sien même si le service n’est pas le point fort des employés tunisiens avec qui il faut toujours insister pour obtenir pleine satisfaction. Dans les hôtels notamment les clubs, l’animation compte énormément pour assurer un bon séjour aux clients de l’hôtel. Les professionnels du secteur le savent pertinemment et ne laissent rien au hasard ou presque. On ne peut pas imaginer un hôtel qui fonctionne comme il se doit en été sans jouer de la musique rythmée, sans metteur d’ambiance et sans organisation de soirées de danse à la grande terrasse de l’hôtel.

Parfois, l’improvisation des animateurs crée une atmosphère tellement agréable et décontractée qu’elle rejaillit sur les clients charmés par tant d’allégresse et d’euphorie. Les animateurs jouent du bendir, le tambour local, et chantonnent avec les touristes aux abords du bar, tandis que d’autres jouent amicalement en poussant les touristes dans la piscine sous les yeux rieurs des femmes et des enfants. Ces derniers semblent apprécier ces jeux et leur rendent la pareille en les poussant par surprise à leur tour. Les signes que les clients sont de la fête ne trompent pas, c’est le fruit d’une animation de tous les instants assurée par les organisateurs de l’animation.

Une animation au top

Si certains hôtels ne font pas dans la demi-mesure en assurant une animation au top au moyen d’animateurs dépêchés au prix fort de pays comme le Brésil ou l’Angleterre, d’autres le font à leur manière pour satisfaire une clientèle quelque peu moins exigeante. Les animateurs, on les trouve presque partout. Au niveau de la piscine pour les nombreuses activités aquatiques, au niveau de l’espace aménagé pour l’animation nocturne faite de musique, de chant et de danse.

Le programme est bien ficelé avec trente minutes d’aquagym pour faire bouger le corps pieds dans l’eau à partir de 11h30 et généralement destiné à la gent féminine. Deux parties de water-polo sont organisées dont une première vers dix heures et une deuxième vers 15h00 pour faire le bonheur des mômes qui veulent se défouler sans compter dans l’eau. Les enfants auront même droit aux fameux tobbogans aquatiques à deux moments de la journée entre 9h00 et midi et entre 15h00 et 17h00.

Une attraction dont ils raffolent et qu’ils s’amusent à faire et refaire à leur guise. Au bonheur des parents qui trouvent un moment de calme et de répit. Amine H, trentenaire qui a séjourné dans un hôtel faisant carton plein à Hammamet-sud, raconte le merveilleux séjour qu’il a passé en compagnie de son épouse et de son bébé de deux ans : «Le prix du séjour dans l’hôtel de mon choix est cher puisqu’il faut compter 280 Dinars par pax et par nuitée mais on ne regrette pas du tout notre choix. J’ai réservé deux mois à l’avance pour moins d’une semaine mais c’était court et intense. Hormis la nourriture que je trouve irréprochable car fraîche et énormément variée, le point fort réside dans la qualité de l’animation. Des animateurs étrangers très professionnels et qui accompagnent les résidents durant tout le séjour même à la table du restaurant pour partager des moments intenses et chaleureux. » L’hôtel étant un lieu de vie par excellence où l’animation ne doit pas faire défaut pour fidéliser la clientèle.

Car lorsque les clients sont épanouis et qu’ils consomment à volonté et sans préjudice pour la santé, le plaisir devient complet pour eux. La formule complète qui inclut tous les repas de la journée et les boissons est pratiquement proposée à tous les clients.

Consommation illimitée

Au niveau de la restauration, selon la catégorie d’étoiles de l’hôtel choisi, la qualité et la variété de la nourriture va différer bien entendu. Toutefois, le rapport qualité-prix doit être apprécié à sa juste valeur tenant compte du fait qu’on dépensera sans se ruiner en contrepartie d’un service acceptable. Pour le coup, la nourriture est largement consommée dans un hôtel de Hammamet-Sud qui offre exclusivement la formule all inclusive.

Celle où tout est compris dans la consommation entre les trois repas quotidiens  et les boissons illimitées. Au petit-déjeuner, au déjeuner et au dîner, les gens sont tous là attablés impatients d’assouvir leur faim dans les restaurants et étancher leur soif dans les bars. À la mi-journée, grands et petits ont droit à une collation faites de cornets de glaces et de mini-crêpes aromatisées.

Cela fait quatre repas par jour et ce n’est pas pour déplaire aux amateurs de gourmandises qui se léchent les babines par tant de régal. Mais le service n’est pas sans faute même si le minimum syndical est admis en termes de présence.

Pour dire vrai, la qualité de service semble avoir retrouvé les bons réflexes des années dorées du tourisme balnéaire tunisien. Toutefois, quelques mauvais réflexes ont la peau dure et méritent qu’on s’y attarde de nouveau pour niveler vers le haut les prestations hôtelières. Mais il faut comprendre que les touristes qui viennent séjourner à prix attractifs en Tunisie sont parfois grincheux et s’arrêtent sur de nombreux détails dès qu’ils sont insatisfaits.

Des odeurs de fumée

Lundi dernier, au lendemain de l’Aid el kébir, fête religieuse durant laquelle les musulmans sacrifient le mouton, une touriste qui parlait anglais exigeait de changer de chambre sous prétexte qu’il y a des odeurs de fumée de tabac.

La manière peu respectueuse avec laquelle elle s’est comportée laisse à désirer, ce qui a irrité le réceptionniste.

Il lui aura tout de même changé la chambre pour clore l’affaire. Autre mauvais signalement ayant trait à la possibilité ou non d’inviter des membres de la famille à consommer un café dans l’hôtel. Passez votre chemin, l’entrée est interdite aux non-résidents dans les hôtels où la consommation est illimitée, ce qui a le don d‘agacer les visiteurs qui estiment que cela dénote une mauvaise gestion.

Au final, les nombreuses zones touristiques du pays connaissent une forte affluence dans les hôtels de Hammamet, Djerba, Monastir ou Sousse pour ne citer que celles-là mais l’artisanat ne semble pas suivre le même rythme que celui des hôtels, d’après certains témoins.

Ce qui laisse songeur quant au chemin qui reste à parcourir pour plonger définitivement le tourisme tunisien dans des eaux plus claires afin qu’il retrouve son lustre d’antan et ses lettres de noblesse.

La reprise est là et les vacanciers qui séjournent à Hammamet ont remarqué un flux bien plus important cette année par rapport aux années précédentes.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Salem Kechiche
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire