Covid-19 : La réponse du PNUD Tunisie

4,539

Dès l’annonce des premiers cas du Covid-19 en Tunisie, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) en Tunisie a adopté face à la pandémie, une politique proactive de reprogrammation de son budget et activités, et mobilisation de ressources, pour un montant total de  6 millions de dollars, au profit du gouvernement et de la population tunisienne.

La réaffectation rapide d’une grosse partie de son budget pour l’achat et la fabrication d’équipements médicaux ou de protection a permis au PNUD de répondre efficacement aux demandes immédiates et contribuer à l’effort national pour limiter la propagation du virus. 

Une deuxième phase de la stratégie en cours implique le déploiement progressif de mesures d’atténuation de la crise aux niveaux économique, social et environnemental. L’objectif prioritaire est de soutenir les populations et les catégories socio-professionnelles les plus vulnérables, parmi elles les jeunes et les femmes.

Des mesures d’urgence concrètes

Les premières actions du PNUD et autres agences onusiennes ont entrepris de répondre aux besoins imminents émanant du ministère de la santé par l’achat d’équipements médicaux et un appui ciblé.

Sur le plan programmatique, le PNUD a axé son action en priorité au profit des partenaires nationaux dits de première ligne en charge d’aider la population et d’assurer la continuité des services de l’Etat.

Le PNUD a entrepris de renforcer qualitativement les capacités de l’hôpital de santé des Forces de sécurité intérieure (FSI) de la Marsa par une remise le 2 avril d’un premier lot d’équipements médicaux de pointe. L’objectif étant de permettre la prise en charge selon les standards internationaux des cas de contamination potentiels pouvant survenir au sein de la Sureté nationale, de la Garde nationale ou de la Protection civile. Plusieurs lots d’équipements additionnels sont planifiés pour les prochaines semaines ce qui assurera aux forces de sécurité la capacité de travailler sereinement et d’accomplir pleinement leur mission auprès de la population.

Sur un autre volet, le PNUD a lancé en association avec le Haut Commissariat aux Droits de l’Homme (HCDH) un projet d’appui pour les services pénitenciers comprenant l’achat de tissus et d’équipements pour la fabrication de 200 000 masques et 50 000 combinaisons de protection au profit du Ministère de la Santé et des FSI. Ces équipements de protection sont fabriqués au niveau de trois prisons dont celle des femmes de la Manouba au profit de 23 000 détenus et 7000 membres du personnel et de leurs familles.

 Cette action en faveur d’une catégorie jugée vulnérable contribuera à l’effort national de lutte contre la pandémie. Elle permettra une meilleure autonomisation des détenu(e)s qui bénéficieront d’un revenu additionnel pouvant soutenir financièrement leurs familles en cette période de crise. Cette expérience lancée en partenariat avec le Ministère de la Justice et de la Santé est avant-gardiste et unique en son genre dans le Monde arabe.  

Un appui multiforme dans les domaines de la gouvernance et de la justice

 Le PNUD appuie traditionnellement plusieurs programmes de bonne gouvernance, un appui qui se poursuit, mais différemment en cette période de COVID. À titre d’exemple l’appui à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) s’est transformé en un appui pour la mise en œuvre d’un « Business Continuity Plan » impliquant un renforcement du parc informatique mobile et une numérisation progressive de l’ensemble des processus parlementaires.

Dans les régions, le PNUD intervient à travers les 16 Comités Locaux de Sécurité (CLS) dans 10 gouvernorats avec une concentration des efforts au niveau de la région de Médenine. Les CLS interviennent quotidiennement pour faciliter la communication, la sensibilisation/vulgarisation auprès des citoyens en coordonnant les efforts entre les FSI, les autorités locales et les composantes de la société civile. Le projet comprend la mise en place de solutions et de services en ligne pour l’obtention de papiers administratifs, demandes d’autorisation et réception des plaintes des citoyens.

Les procédures judiciaires dans le cadre du projet de police de proximité ont été renforcées en cette période de crise afin de réduire les durées d’auditions et garde à vue au sein des commissariats pilotes.  Un rapide réaménagement des espaces de travail a été entrepris dans le but de réduire au maximum tout contact physique pouvant être vecteur de contamination. Les postes pilotes de police ont bénéficié de l’achat d’équipements de protection et de désinfection, mais aussi de caméras portatives facilitant une vérification sans contact physique des documents.

Appui à la gestion de crise et de produits toxiques ou sanitaires

Suite à cette crise du COVID 19, le PNUD a accéléré les préparatifs pour la mise en place de deux salles de gestion de risques de catastrophes à Tataouine et Ain Draham afin de faciliter la communication en temps de crise au niveau local et national. Un système d’alerte précoce multirisques est prévu au niveau la commune d’Ain Draham afin renforcer la prévention à destination de la population. Ce projet sera inédit à un niveau décentralisé en Tunisie.

Au niveau de l’ile de Djerba, trois municipalités ont été renforcées en matière de gestion et de collecte des déchets à travers un renforcement des capacités logistiques des autorités locales.

Le PNUD assurera durant cette période une assistance technique pour le ministère de la Santé afin qu’il puisse gérer l’augmentation rapide en cette période des volumes de déchets hospitaliers dangereux en intérieur et à l’extérieur des structures hospitalières. L’objectif est d’empêcher tout risque de contamination additionnelle notamment avec l’achat au profit de plusieurs hôpitaux d’équipements spécifiques permettant une meilleure gestion de déchets dangereux.

Le PNUD offrira dans ce cadre un appui spécifique au laboratoire des maladies transmissibles et des substances biologiquement actives afin qu’il puisse faire une analyse périodique de la qualité des eaux usées en cette période et prévenir toute contamination potentielle.

Préparation à la reprise économique

Le PNUD travaille sur une étude d’impact micro-économique de la pandémie COVID-19 en Tunisie. Cette étude déterminera le niveau d’impact économique de cette crise sur les secteurs d’activités économiques et les échanges extérieurs de la Tunisie. Cette étude comprendra un bilan de la situation du secteur informel avec un focus sur le genre. L’étude comprendra dans une deuxième partie, une partie analyse de la pauvreté multidimensionnelle impactant les ménages et les populations vulnérables. L’objectif final étant la formulation de recommandations pour des politiques publiques pouvant amorcer une rapide reprise économique.

Le PNUD accompagne au niveau économique les jeunes entrepreneurs afin qu’ils puissent assurer une continuité de leurs activités au niveau de leurs microentreprises. L’action du PNUD s’articule autour de l’apprentissage virtuel et l’accompagnement des PME pour une vraie transition numérique.

Le Représentant Résident du PNUD en Tunisie, Steve Utterwulghe, est catégorique sur la réponse de son agence : « l’ensemble de ces actions et projets s’inscrivent dans le cadre d’une vision holistique d’appui à la Tunisie – a whole of society approach – impliquant une concertation avec les partenaires nationaux du secteur public et privé, mais aussi de la société civile ». Cette approche globale au profit de la Tunisie est structurée, équitable et inclusive. Elle vise à ne laisser personne ni aucune catégorie en marge du développement durable et d’une vie digne pour les générations actuelles et futures.

Laisser un commentaire