SONDAGE | Emrhod consulting : Saïed et Moussi toujours aux premières loges

2,008
• Encore une fois, le Président Kaïs Saïed sortirait vainqueur de l’élection présidentielle dès le premier tour avec 76% des intentions de vote
• De son côté, Abir Moussi, présidente du Parti destourien libre (PDL), verrait son parti arracher le plus grand nombre de sièges au Palais du Bardo avec 34% des intentions de vote, ce qui l’habilitera — selon les dispositions actuelles de la Constitution — à former le prochain gouvernement, mais en concluant certaines alliances

Que faut-il retenir des résultats des sondages d’opinion livrés mensuellement par Sigma Conseil et Emrhod Consulting qui placent toujours Kaïs Saïed à la première place de l’élection présidentielle au cas où elle aurait lieu demain (c’est-à-dire le jour qui suit la réalisation du sondage) avec un score qui lui permettrait de s’installer au Palais de Carthage dès le premier tour, d’une part, et qui accordent, d’autre part, la première place au Parti destourien libre (PDL) au cas où les législatives auraient lieu dans les mêmes conditions que l’élection présidentielle mais avec un score qui ne lui donnera pas la majorité absolue (soit 109 sur 217 sièges) mais le plus grand nombre de sièges qu’il récolterait avec un taux variant entre 34 et 35% des voix exprimées, talonné, toutefois, par un parti qui n’existe pas encore légalement mais qui serait «en voie de constitution» et connu sous l’appellation «le parti de Kaïs Saïed», en attendant qu’il soit constitué officiellement et qu’il reçoive son visa ?

Ce parti virtuel enlèverait la deuxième place aux législatives avec un score qui varie mensuellement entre 21 et 25% des voix des électeurs dont 62% parmi les personnes sondées n’ont pas pris encore la décision de choisir quiconque parmi les candidats des partis, des listes indépendantes ou des listes coalisées.

76%, le nouveau score du Président

Le dernier sondage effectué par Emrhod Consulting au cours du mois de janvier 2022 révèle deux nouveaux scores que le Président Kaïs Saïed n’a jamais réalisés depuis son élection à la présidence de la République en octobre 2019.

En effet, on ne retrouve plus les taux qui oscillaient entre 80% 90% ou plus, réalisés auparavant pour découvrir que, cette fois, ils seront seulement 76% parmi les sondés à renouveler leur confiance au Président Kaïs en cas d’élection présidentielle dans les jours à venir.

Deuxième chiffre révélé pour la première fois depuis août 2021, on est passé de 82% parmi les personnes interrogées satisfaites du rendement du Chef de l’Etat en août 2021 à 67% de personnes satisfaites en janvier 2022, soit une régression de 15 points.

Quant aux personnalités en compétition avec le Président Kaïs Saïed  pour l’élection présidentielle, les scores ne changent pratiquement pas d’un mois à l’autre et d’un institut de sondage à l’autre, dans la  mesure où aussi bien  Emrhod Consulting que Sigma Conseil révèlent les mêmes classements avec Abir Moussi qui conserve toujours la deuxième place avec un score qui varie entre 5 et 6%, Safi Saïd, qui est toujours placé au troisième rang, suivi par Moncef Marzouki bien qu’il ait annoncé son retrait de la vie politique et écopé d’une peine de prison qui doit, en principe, lui interdire de se porter candidat, et donc il devrait disparaître de la scène politique nationale et aussi des questions à poser par les enquêteurs des sondages d’opinion et enfin Fadhel Abdelkéfi, président d’Afek Tounès, qu’on place au même rang que Moncef Marzouki.

Le PDL toujours en tête pour le Palais du Bardo

Volet élections législatives, le Parti destourien libre (PDL) qu’on dit avoir été dépouillé par Kaïs Saïed le 25 juillet 2021 de la  principale condition de son existence même, à savoir la lutte contre le parti nahdhaoui dans l’objectif majeur de son interdiction d’activités, voire sa dissolution définitive, préserve la première place qui lui permettra de gagner les élections législatives en réussissant à avoir le plus grand nombre de députés au prochain Parlement avec un taux de 34% des intentions de vote, ce qui habiliterait Abir Moussi, en tant que présidente du PDL, à être chargée par le Chef de l’Etat à constituer le prochain gouvernement, conformément aux dispositions actuelles de la Constitution du 27 janvier 2014, plus particulièrement son article 89.

Il reste à savoir où Abir Moussi pourrait piocher pour former son gouvernement et obtenir la confiance du Parlement.

En effet, les partis qui se placeraient derrière le PDL sont les suivants.

D’abord, le Parti dit «le parti de Kaïs Saïed», une appellation imposée par les enquêteurs d’Emrhod et de Sigma mais qui n’engage nullement et en aucune manière le Président de la République dans  la mesure où même s’il désirait créer un parti, la loi le lui interdit tant qu’il est à la tête du pays, c’est-à-dire occupant la fonction de Président de la République.

«Le parti de Kaïs Saïed» récolterait 25% des voix contre 21% en décembre 2021  et arracherait la deuxième place derrière le PDL.

Viennent ensuite Ennahdha avec 14% des voix suivi d’Echaâb avec 5%. La nouveauté, cette fois, est la suivante : une liste, indépendante dont on ne sait si elle s’alignerait sur Ennahdha, «le parti de Kaïs Saïed» ou même le PDL récolterait 4% des voix et s’imposerait comme un partenaire à prendre en considération par le parti qui aura la charge de former le prochain gouvernement, soit le PDL ou «le parti de Kaïs Saïed» au cas où la formation qui sera proposée par le Parti destourien n’obtiendrait pas la confiance des députés.

Laisser un commentaire