Fumio KISHIDA, Premier Ministre du Japon, écrit à La Presse : Sur la route de la Ticad 8 en Tunisie

6,704
A l’occasion de la tenue de la Ticad 8 en Tunisie, M. Fumio Kishida, Premier ministre du Japon, a adressé ce message en exclusivité sur la tribune du journal La Presse

La Tunisie accueillera la 8e Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (Ticad 8), qui se tiendra à Tunis les 27 et 28 août. Depuis l’indépendance de la Tunisie en 1956, le Japon et la Tunisie ont construit d’excellentes relations bilatérales à travers des visites actives de hauts dignitaires et des échanges à différents niveaux. La Tunisie partage beaucoup de points communs avec le Japon, comme être une nation maritime, un riche patrimoine historique et des politiques qui mettent l’accent sur le développement des ressources humaines. Je suis ravi de pouvoir organiser la Ticad en Tunisie.

Après la fin de la guerre froide, alors que l’intérêt des pays développés pour soutenir l’Afrique diminuait, le Japon a lancé la Ticad en soulignant de nouveau l’importance du développement de l’Afrique. Sa caractéristique est l’esprit de soutien et de coopération au développement autonome de l’Afrique sur un pied d’égalité. Ceci est basé sur l’expérience unique du Japon de parvenir à la reconstruction grâce à des efforts d’auto-assistance après la guerre, tout en recevant l’aide de la communauté internationale. L’Afrique, qui devrait connaître une croissance démographique centrée sur les jeunes, est désormais un « trésor de possibilités ». Aujourd’hui, j’appelle à une « nouvelle forme de capitalisme ». Le Japon, en tant que « partenaire qui grandit ensemble », fera tout son possible pour parvenir à un développement durable mené par l’Afrique elle-même.

Reflétant cet esprit du Japon et de l’Afrique avançant ensemble, la Ticad, qui se tenait à l’origine au Japon, a été organisée alternativement entre le Japon et l’Afrique tous les trois ans et la Ticad 6 a eu lieu pour la première fois en Afrique, à Nairobi, au Kenya, en 2016. Lors de la Ticad 7 qui s’est tenue à Yokohama en 2019, la promotion des entreprises est devenue le centre des discussions et, pour la première fois dans l’histoire de la Ticad, des entreprises privées ont été positionnées comme partenaires officiels. Je voudrais encore accélérer cette tendance à mettre l’accent sur l’investissement et les affaires à la Ticad 8. Les entreprises tunisiennes sont connues internationalement pour leurs ressources humaines bien formées et leurs réseaux étendus en Afrique. Je pense qu’il existe un potentiel pour les entreprises tunisiennes et japonaises de travailler ensemble pour construire une relation gagnant-gagnant sur le marché africain. A cet égard, je voudrais voir l’accélération du rythme des discussions bilatérales en vue de la conclusion de l’accord d’investissement entre le Japon et la Tunisie.

Alors que nous approchons de la Ticad 8, il y a deux tendances dans la communauté internationale que nous devons garder à l’esprit. La première est la pandémie de Covid-19, qui peut être considérée comme l’un des plus grands changements qui ont frappé l’Afrique depuis la Ticad 7. Elle entraîne un ralentissement de la croissance économique, la perte d’emplois et de possibilités d’éducation, infligeant de grands dommages aux femmes, aux jeunes et aux pauvres, qui se trouvent dans des positions particulièrement vulnérables, et creusant les disparités. Comment parvenir à une «meilleure reprise» sera un thème majeur pour le développement futur de l’Afrique.

La deuxième est le défi pour un ordre international libre et ouvert fondé sur l’État de droit. Le monde est aujourd’hui confronté à un tournant sans précédent depuis la fin de la guerre froide à la fin du XXe siècle. La récente invasion de l’Ukraine par la Russie a rendu clair pour tout le monde le tournant de cette ère. L’invasion de l’Ukraine a perturbé l’approvisionnement énergétique et alimentaire mondial et commence à avoir un impact significatif sur l’économie et la société africaines. En outre, un financement du développement injuste et opaque entrave son développement durable.

Le Japon contribuera à surmonter ces défis par le biais de la Ticad. En Afrique, qui est un « trésor de possibilités » tout en faisant face à divers problèmes de la société moderne tels que l’élargissement des disparités, le réchauffement climatique, le terrorisme et les conflits, lors de la Ticad 8, nous viserons des résultats concrets afin de créer ensemble un monde résilient avec une approche à la japonaise qui met l’accent sur «l’investissement dans les personnes» et la «qualité de la croissance».

La Ticad 8 sera la première conférence internationale à grande échelle depuis le déclenchement de la pandémie où des discussions de haut niveau entre le Japon et les pays africains auront lieu, et sera une opportunité diplomatique extrêmement précieuse. Nous coopérerons avec le pays hôte, la Tunisie, afin que le Japon et l’Afrique puissent créer ensemble un monde durable.

Fumio KISHIDA
Premier ministre du Japon

Laisser un commentaire