Accidents de la route en 2022 : Une hausse constante

4,951

 

Les clignotants sont au rouge à trois niveaux, que ce soit le nombre d’accidents de la route, les cas de décès et celui des blessés.

Avec l’avènement de la nouvelle année, un petit bilan comparatif des accidents de la route survenus en Tunisie devient utile. Pour résumer, le bilan chiffré n’est pas satisfaisant, car il y a toujours des victimes et des blessés sur nos routes, sans qu’on n’arrive à infléchir la tendance, ni à inverser la spirale négative. Selon les statistiques de l’Observatoire national de la sécurité routière (Onsr), 5451 accidents ont été enregistrés au cours de l’année écoulée, causant 1044 décès et 7867 blessés contre 5089 accidents, 1014 décès et 6894 blessés en 2021. Soit une hausse légère, à hauteur de 362 accidents supplémentaires. Idem pour le nombre des victimes (30) et celui des blessés (913). Alors qu’en 2020, le bilan était de 4774 accidents, avec 931 décès et 6762 blessés.

Mieux aborder 2023

En outre, le combat pour des routes plus sûres continue. Des voix agissantes et responsables ont brandi le drapeau rouge de l’alerte et lancé un appel à plus de vigilance lors des célébrations des fêtes de fin d’année, comme pour mieux aborder l’année 2023 en sécurité. Parmi elles, Mme Afef Ben Ghenia, présidente de l’association des Ambassadeurs de la Sécurité Routière, qui a rappelé à l’occasion du nouvel an, les dangers de la route à travers une campagne digitale ciblant les jeunes, sous le slogan : « Si vous tenez à la vie… oubliez l’alcool ». On peut dire que le message est déjà bien passé, puisqu’au premier jour de l’année 2023, on a enregistré seulement 2 victimes sur la route contre 5, le même jour de l’an dernier. Il y a eu 18 accidents de la route et 36  blessés le 1er janvier 2022, contre 10 accidents et 16 blessés au début de cette année. Même si la conduite en état d’ébriété reste une cause secondaire dans les accidents de la route en Tunisie, il faut agir là ou ça fait mal et y remédier avec la plus grande fermeté.

 Alcool au volant, mort au tournant !

D’après l’ASR, au volant d’une voiture, 50% des jeunes entre 15-35 ans sont victimes des accidents de la route. Soit un jeune sur deux.

« Un chiffre alarmant qui ne cesse d’augmenter, vu la nonchalance de nos jeunes sur la route, suite à la conduite irresponsable et le non-respect du code de la route et la sous-estimation des risques ». C’est bien dans le cadre de la sensibilisation et de la prévention contre les accidents de la route, qui pourraient survenir à l’occasion de la fête de fin d’année, que les Ambassadeurs de la sécurité routière ont lancé cette campagne d’alerte sur les réseaux sociaux, afin de sensibiliser les jeunes conducteurs contre les comportements routiers à risque, tels que l’alcool au volant. « Car on tient bien à ce que cette fin d’année ne soit pas la fin de la vie de certains qui vont courir ce risque », lit-on, à titre préventif, dans un communiqué de l’ASR. On apprend également qu’une personne qui a consommé de l’alcool a 8,5 fois plus de risque d’être responsable d’un accident mortel, une fois au volant d’un véhicule. 

La consommation d’alcool avant de conduire doit être aujourd’hui reconsidérée avec sévérité, car il s’agit là du comportement le plus dangereux sur les routes. 

La consommation d’alcool permet des transgressions et des prises de risque que l’on n’aurait jamais réalisées en pleine lucidité. Il faut savoir que plus une personne boit, plus elle devient imprudente et perd le contrôle de son véhicule. Et plus elle commet des infractions, à cause de la vitesse excessive, du non-respect des règles de priorité et peut provoquer dans la majorité des cas des accidents tragiques.

Espérons que l’année 2023 passera avec moins d’accidents sur nos routes, de drames humains et de dégâts matériels. C’est là un défi qu’on peut relever avec une meilleure prise de conscience et une plus grande volonté.

Un commentaire

  1. Niels Petersen

    05/01/2023 à 21:22

    Accidents dû à l’accident mais oubliez aussi le cannabis qui est un problème grave en Tunisie surtout concernant les jeunes qui a 25 ans ont la moitié de leurs neurones parties en fumée

    Répondre

Laisser un commentaire