Sur 1.200 candidats convoqués, seulement 70 ont passé l’examen de fin de spécialité en médecine de famille : Pourquoi les médecins fuient-ils la Tunisie ?

7,255

 

Les mauvaises conditions de travail dans les établissements publics, l’emploi précaire et le manque d’équipements médicaux poussent de plus en plus de médecins tunisiens à fuir le pays pour travailler dans de meilleures conditions à l’étranger.

«Sur un total de 1.200 candidats convoqués, seulement 70 ont passé l’examen de fin de spécialité en médecine de famille en 2022», a déclaré, hier, Imed Khélifi, secrétaire général du syndicat général des médecins, pharmaciens et médecins dentistes de la santé publique.

«Le reste des candidats ont préféré émigrer pour travailler à l’étranger et fuir les mauvaises conditions de travail dans les établissements publics de santé», a-t-il déploré.

Les mauvaises conditions de travail dans les établissements publics, l’emploi précaire et le manque d’équipements médicaux encouragent de plus en plus les médecins tunisiens à fuir le pays pour travailler dans de meilleures conditions à l’étranger. «En outre, le manque de médecins de première ligne se répercute directement sur la qualité des soins fournis aux malades», alerte Imed Khélifi, signalant que les retraités de 2016 n’ont pas encore été remplacés, ce qui a engendré de fortes pressions sur les praticiens et une baisse du nombre de consultations externes, notamment dans les régions intérieures.

Dans ce contexte, il a appelé à l’intégration des 6 mille médecins généralistes des secteurs public et privé dans le système de médecine de famille, afin d’unifier le corps des médecins de première ligne. Selon Khélifi, en vertu du décret gouvernemental n° 2019-341 du 10 avril 2019, fixant le cadre général du régime des études et les conditions d’obtention des diplômes des études médicales, le corps de médecins généralistes a été supprimé et remplacé par les médecins de famille.

Ce décret gouvernemental a été largement contesté par les médecins généralistes qui revendiquent encore la régularisation de leur situation et menacent d’observer une grève si leur revendication n’est pas satisfaite.

Un commentaire

  1. Étudiant

    14/02/2023 à 12:16

    C’est pas vrai, déjà avec les stages non validés qu’ils devront souvent refaire il y a plusieurs générations qui se rejoignent dans un même examen donc je ne vois sur quoi c’est basé ce chiffre de 1200 que vous avez mis au début autant dire alors 2000ou 3000 ..donc c’est n’est logique du tout et injuste comme jugement pour des médecins qui travaillent dans des conditions médiocres et sont même dans ces cas là non payés

    Répondre

Laisser un commentaire