High tech & Innovation

1,367
high tech et innovation

« Agrifoodtech africaines » : Les levées de fonds baissent de 77%

Selon le dernier rapport publié par le fonds de capital-risque « AgFunder », l’un des fonds d’investissement les plus actifs au monde dans les domaines de l’agriculture et de l’alimentation (agrifoodtech), les levées de fonds des start-up africaines opérant dans ces domaines se sont établies à 99 millions de dollars, enregistrant ainsi une baisse de 77 % au premier semestre 2023, par rapport à la même période de 2022. Intitulé « Africa AgriFoodTech Investment Report 2023 », le document ajoute que le nombre de transactions recensées au cours des six premiers mois de l’année en cours s’est limité à 51 deals contre 89 au cours de la même période de l’année écoulée. La baisse des montants levés et du nombre des transactions conclues entre les jeunes pousses qui révolutionnent l’agriculture et les industries agroalimentaires en Afrique s’explique notamment par les incertitudes macroéconomiques mondiales.

En effet, la situation macroéconomique mondiale, caractérisée par la hausse des taux d’intérêt et la volatilité des devises, provoquées par le renforcement du dollar américain et les pressions inflationnistes, a agi comme un repoussoir pour les investisseurs, provoquant une tendance baissière des financements injectés dans les start-up du continent qui a d’ailleurs concerné tous les secteurs. Mais cette tendance n’est pas unique au secteur de l’agroalimentaire, étant donné que les investissements en Afrique, tous secteurs confondus, ont chuté de manière similaire. Cependant, pour une industrie qui emploie environ 70 % de la population du continent de diverses manières et qui a attiré environ 1,8 milliard de dollars de financement privé depuis 2013, cette tendance à la baisse est préoccupante.

La même source ajoute que l’intérêt des investisseurs pour certaines catégories reste fort, notamment les places de marché pour les agriculteurs et les outils financiers aux deux extrémités de la chaîne d’approvisionnement, ainsi que les technologies intermédiaires, mais à un rythme plus lent qu’au cours des années précédentes.

« Poesam »: 30.000 dinars pour les trois lauréats

Orange Tunisie a révélé récemment les noms des trois lauréats tunisiens du Prix Orange de l’Entrepreneur Social (Poesam), une 13e édition qui a été marquée par une participation remarquable, avec la soumission de 105 projets innovants basés sur les technologies de l’information et de la communication. Dans un communiqué rendu public, l’opérateur précise que ces projets mettent en évidence le potentiel des télécommunications dans le développement du pays, ouvrant ainsi des opportunités d’amélioration des conditions de vie dans des domaines, tels que l’éducation, la santé, l’agriculture, l’énergie, le transport, l’environnement et les services. Ces projets reflètent également l’engagement continu des jeunes dans l’entrepreneuriat social innovant pour contribuer à un impact positif sur la société tunisienne.  Les trois lauréats sont désormais qualifiés pour participer à la grande finale internationale, où ils seront en compétition avec les candidats des autres pays d’Afrique et du Moyen-Orient dans lesquels le Groupe Orange est présent, soit au total 51 candidats. Les trois lauréats qui ont été primés sont: Nidhal Louhichi, 1er prix pour son projet eSteps (une solution de suivi à distance pour les maladies neuro-dégénératives et chroniques, comme par exemple la sclérose en plaques, à destination des patients et des professionnels de santé), Mohamed Ben Ahmed, 2e prix pour son projet Aquadeep (une solution technologique basée sur l’intelligence artificielle pour optimiser et rentabiliser la production des fermes aquacoles) et Ghalia Damak, 3e prix pour son projet Comporoll (des composteurs domestiques et industriels rotatifs et modulaires permettant à chacun de jouer un rôle actif dans la réduction des déchets et la création d’un sol plus fertile). Les prix décernés sont respectivement de 15.000DT, 10.000DT et 5.000DT. Les trois lauréats se qualifient donc pour la grande finale internationale pour espérer remporter l’équivalent de 25.000 euros, 15.000 euros ou 10.000 euros et, pourquoi pas, en sus, la dotation du Prix Féminin (l’équivalent de 20.000 euros) qui récompense un projet porté par une femme.

Open Startup (OST): Autonomiser de nouveaux partenariats collaboratifs

Après le succès des éditions précédentes au Maroc et en Tunisie, la Formation des Formateurs (TOT for Coaches) de Open Startup (OST) s’apprête à faire ses débuts tant attendus au Sénégal, offrant une nouvelle opportunité transformative pour les professionnels du pays. Prévu du 23 au 25 septembre 2023 à Dakar, ce programme dynamique, conçu en collaboration et dispensé par Open Startup (OST) et Columbia University de New York, poursuit sa mission d’améliorer les compétences en coaching, d’élever le soutien entrepreneurial et de promouvoir la collaboration au sein de l’écosystème florissant de l’innovation au Sénégal. A cet égard, le paysage entrepreneurial en plein essor du Sénégal est sur le point de tirer d’importants bénéfices des opportunités de partage des connaissances et de renforcement des capacités que ce programme offre. De plus, le programme mettra l’accent sur le renforcement des capacités au sein du système de soutien à l’entrepreneuriat au Sénégal. Cela signifie donner aux professionnels les outils et les connaissances nécessaires pour offrir une assistance plus ciblée et plus efficace aux entreprises émergentes et aux start-up. Le TOT offre ainsi une plateforme unique aux professionnels pour s’engager dans un échange de connaissances profond. Il sert de hub pour le réseautage, le partage d’idées et les efforts collaboratifs, contribuant tous à l’enrichissement de l’écosystème entrepreneurial du Sénégal, créant ainsi un environnement commercial plus solide et interconnecté.

Laisser un commentaire