Aïd El Idha : une abondance de moutons, mais à quel prix ?

2,688

 

L’Adjoint du président de l’Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche (UTAP), chargé de l’information et des relations publiques, Naceur Amdouni, a souligné samedi que l’offre de moutons pour le sacrifice de l’Aïd El Idha est suffisante, dépassant même la demande et les besoins des Tunisiens.

Toutefois, les prix de vente demeurent en hausse par rapport aux années précédentes, a-t-il noté. Ainsi, les prix des moutons pesant moins de 40 kg oscillent entre 800 et 1300 dinars, a précisé Amdouni dans une déclaration accordée à l’Agence TAP.

Selon Amdouni, malgré cette tendance haussière, les prix des moutons du sacrifice sont « raisonnables » par rapport à la qualité du cheptel, expliquant la hausse par une augmentation excessive du coût de production supporté par les agriculteurs.

À cet égard, Amdouni a estimé que la réticence des Tunisiens à l’achat de moutons cette année atteint ou dépasse les 30 % par rapport à l’année précédente.

« Le marché enregistre une hausse des prix estimée à 5 dinars par kg par rapport à l’année écoulée, malgré une offre de cheptel plus importante que la demande. C’est un cas exceptionnel », a avancé Amdouni.

Il a imputé cette situation principalement à la non prise des décisions nécessaires pour alléger les coûts de production.Et de poursuivre : « Actuellement, des négociations entre l’UTAP et les ministères de l’Agriculture et du Commerce sont en cours pour fixer un prix de référence pour les moutons du sacrifice », rappelant que le prix de référence en 2023 était de 17,500 dinars/kg.

Il a souligné que l’UTAP a fixé un prix de référence permettant de couvrir le coût de production, oscillant entre 23 et 25 dinars/kg, mais les deux ministères s’y sont opposés et l’ont réduit à 22 dinars.

Amdouni a rappelé que le nombre de moutons disponibles pour le sacrifice s’élève à un million de têtes alors que les besoins du marché sont estimés entre 800 000 et 900 000 têtes. Il a ajouté que le nombre de moutons de moins de 40 kg chez les agriculteurs est de 570 000, avec 300 000 antenais de plus de 40 kg et 30 000 boucs destinés au sacrifice pendant l’Aïd.

Le nombre de moutons pour le sacrifice a diminué, passant de 1,2 million de têtes en 2023 à un million cette année, a-t-il encore dit.

Le représentant de l’UTAP a imputé cette baisse au manque de visibilité quant à l’avenir du secteur de l’élevage, à l’appréhension des agriculteurs quant au vol du bétail, et à l’hégémonie de certains lobbys sur la fourniture des moyens de production, notamment les aliments concentrés pour bétail dont les prix s’envolent chaque mois.

Il a souligné que l’organisation agricole s’oppose à l’importation de moutons pour faire baisser les prix, car cette décision de l’État mène à la dégradation de la filière entière et à la réticence des agriculteurs à développer leur production, provoquant ainsi un déséquilibre entre l’offre et la demande au cours des prochaines années.

Laisser un commentaire