Tunisie-Libye : L’ouverture du passage frontalier de Ras Jedir à l’ordre du jour

206

 

Malgré une lueur d’espoir qui a pointé à la suite d’une réunion tenue à un très haut niveau et alors que la saison estivale démarre, le principal poste frontière terrestre entre la Tunisie et la Libye demeure fermé depuis plusieurs mois. Cette situation pénalise non seulement des milliers de voyageurs mais paralyse aussi les échanges commerciaux et les flux de déplacements entre les deux pays, les privant de revenus considérables.

Si l’ouverture de ce poste frontalier semblait imminente il y a un mois, à en croire les déclarations des responsables des deux côtés, aujourd’hui le point de passage stratégique est toujours fermé.  Que se passe-t-il ? Pourquoi ce blocage ? Cette situation s’explique-t-elle seulement par la lenteur des travaux du côté libyen ? Tant de questions, alors que l’information officielle sur sa réouverture fait défaut.

C’est dans ce contexte que le ministre de l’Intérieur, Khaled Nouri, a effectué hier une visite officielle en Libye où il s’est entretenu avec son homologue libyen. La situation à Ras Jedir étant une première préoccupation.

Quoi qu’il en soit, selon les dernières informations, une nouvelle réunion de coordination entre les responsables des deux pays a eu lieu. En effet, dans le cadre de la coordination et la coopération tuniso-libyenne, une réunion a eu lieu dimanche 9 juin 2024, en présence du directeur général des douanes, du directeur général de la police des frontières et des étrangers, avec leurs homologues de la partie libyenne, et un certain nombre de hauts fonctionnaires des deux côtés.

La réunion a porté sur les mécanismes visant à rouvrir le passage de Ras Jedir à la circulation des passagers et des marchandises et à faciliter la fluidité du transit dans les deux sens, mais, selon nos informations, plusieurs points restent en suspens.

Aucune nouvelle date ?

Contacté à cet effet, Mustapha Abdelkabir, militant associatif et fin connaisseur du dossier libyen, nous confirme que certains points ont été résolus lors de cette réunion, alors que d’autres bloquent toujours sa réouverture, annoncée pourtant imminente. «Plusieurs réunions ont eu lieu entre la partie tunisienne et libyenne en vue de rouvrir le passage. La Libye a promis à maintes reprises une réouverture, la dernière en date étant le 1er juin, finalement reportée. De véritables problèmes qui n’ont pas été résolus et la question n’était pas seulement d’ordre logistique, mais relève d’autres aspects liés à la gestion du passage et à la manière dont les Libyens traitent les Tunisiens, mais aussi comment les Tunisiens traitent les Libyens sur leur sol», a-t-il analysé.

Pendant ce temps, la fermeture de Ras Jedir impacte fortement la vie de la population locale qui dépend économiquement du passage, a-t-il encore regretté, et d’expliquer que les flux de touristes ne représentaient que 10% des personnes traversant le passage frontalier de Ras Jedir. Pour le reste, il s’agit d’un lieu de travail ou d’un point de passage fréquenté par des commençants et des professionnels de tous bords.

Pour sa part, le député représentant la circonscription de Ben Guerdane, dans le gouvernorat de Médenine, Ali Zaghdoud, a estimé que la récente réunion bilatérale tuniso-libyenne contribuera au déblocage de la situation. «La réunion s’est tenue en présence du directeur général de la gestion des frontières et des étrangers, du directeur général de la Douane, du consul libyen en Tunisie et d’une délégation libyenne de haut niveau, dans le but de discuter des procédures de réouverture du poste frontière dans les prochaines heures et de s’assurer conjointement de fournir les meilleures conditions aux voyageurs dans les deux sens, en facilitant les échanges commerciaux entre la Tunisie et la Libye », a-t-il révélé à La Presse.

Toujours selon ses déclarations, «certains problèmes d’ordre sécuritaire et organisationnel empêchent toujours la réouverture du poste frontière et aucune date précise n’a encore été fixée».

Un manque à gagner considérable

Pour rappel, le ministère Libyen de l’Intérieur avait annoncé, mardi 19 mars 2024, la fermeture du poste frontalier de Ras Jedir avec la Tunisie. Et d’expliquer que cette mesure a été prise à la suite d’une attaque menée par «des groupes hors-la-loi» visant le point de passage frontalier pour provoquer le désordre et le chaos.

En effet, la fermeture de ce poste en mars dernier du côté libyen était donc justifiée par une opération de lutte contre la contrebande et le trafic de drogues. «La fermeture du principal poste frontalier entre la Libye et la Tunisie, décidée mardi dernier, se prolongera le temps qu’il faut pour mettre fin aux trafics qui y transitent avec la connivence de groupes armés», avait alors annoncé le ministère de l’Intérieur libyen.

Cet important point de passage est toujours au cœur de tensions et d’affrontements armés entre forces rivales en Libye. Sa sécurisation est un point crucial dans la gestion des flux de déplacement des voyageurs et surtout des marchandises.

Il faut rappeler que la relation économique entre la Libye et la Tunisie est marquée par un partenariat qui profite aux économies des deux pays. Ces dernières années, les échanges commerciaux entre la Libye et la Tunisie sont en perpétuelle hausse avec  l’amélioration des conditions sécuritaires en Libye. En 2022, la valeur des échanges était estimée à 5 milliards de dinars, soit une augmentation de 50 % en comparaison de 2021.

Laisser un commentaire