La vie de la cité – La Goulette : D’anciens responsables municipaux dans la tourmente

2,446

 

Le cahier des charges est rédigé de telle manière que l’entreprise (disposant d’informations confidentielles) remporte le marché et que cela lui permette ensuite de surfacturer ses livraisons ou de fournir moins de services que ne le prévoyait le contrat. Ceci atteste de l’implication de parties influentes qui ne seront pas épargnées par la justice dans les prochains jours.

L’effet papillon risquerait de faire tomber d’autres anciens et actuels responsables dans les prochains jours. Le rouleau compresseur de la justice a déjà activé son compteur contre des ministres, des politiques, des députés, de très hauts responsables et des personnalités du monde des affaires depuis un certain 25 juillet. Ainsi l’arrestation et la condamnation de l’homme d’affaires Maher Chaabane pour plusieurs chefs d’accusation, dont la constitution d’une bande et l’adhésion à une association dans le but d’attenter aux biens et aux personnes, exploitation d’un agent public, atteinte à l’administration, violation de la réglementation en vigueur,  corruption, escroquerie, et détention et utilisation d’un document frauduleux, a conduit tout récemment à l’émission d’un mandat de dépôt à l’encontre d’une ancienne maire de la commune de La Goulette. Selon une source fiable, le maire du Kram lui aussi a été entendu dans le cadre d’une seconde affaire de corruption impliquant le même Maher Chaâbane. Respectons toutefois la présomption d’innocence.

Un cahier des charges sur mesure ?

Le ministère public du Tribunal de première instance de Tunis avait autorisé les agents de la première brigade centrale d’enquête sur les crimes financiers complexes relevant de la Garde nationale d’El Aouina à enquêter sur des suspicions de corruption financière et administrative attribués aux municipalités de La Goulette et du Kram, dans le cadre d’une affaire de corruption impliquant Maher Chaâbane, président du groupe Chaâbane frères, créé en 1990. Ce dernier a semble-t-il profité de la convention de partenariat public-privé signée entre certaines mairies, dont celle de La Goulette et du Kram pour tenter de remporter des appels d’offres avec la complicité de certaines têtes pensantes, occupant des postes-clé dans les sphères de commandement.

L’ancienne maire avait été mise en détention deux fois pendant 48 heures, avant d’être déférée devant le juge d’instruction près le Tribunal de première instance de Tunis.  Un mandat de dépôt a été émis à son encontre pour «exploitation d’un fonctionnaire public de son titre en vue d’obtenir un avantage indu pour lui-même ou pour autrui et pour préjudice porté à l’administration». A ce propos, un ancien membre du conseil municipal de cette commune nous confirme qu’il s’agit bel et bien d’un délit d’initié concernant l’octroi d’un parking situé aux Berges du Lac 2, relevant de la commune de La Goulette. Selon lui, un cahier des charges sur mesure a été élaboré avec la complicité d’autres parties pour favoriser cet homme d’affaires aux dépens des autres promoteurs.

Il explique que dans pareils cas, le cahier des charges est rédigé de telle manière que l’entreprise (disposant d’informations confidentielles) remporte le marché et que cela lui permette ensuite de surfacturer ses livraisons ou de fournir moins de services que ne le prévoyait le contrat. Ceci atteste de l’implication de parties influentes qui ne seront pas épargnées par la justice dans les prochains jours.

La Goulette, Le Kram : deux communes, un même sort

A ce propos, les habitants des deux communes n’ont pas été très surpris en apprenant l’arrestation de l’ancienne maire et de l’audition de l’ancien maire du Kram. Puisqu’ils ont eu vent que certaines procédures étaient entachées d’irrégularités au niveau des bureaux des communes issus des élections municipales de 2018.

«Quand on évoque les quelques projets exécutés, les projets en cours ou à venir au niveau de la commune de La Goulette, on est déçus», confie Mohamed Machfer, un Goulettois très actif dans les actions caritatives dans la région. Il cite à ce titre plusieurs projets en cours qui ont accusé des retards inexplicables et qui suscitent plusieurs questions, dont le complexe sportif (La Goulette) et l’aménagement d’un parcours de santé à la zone industrielle Khereddine situé dans une zone non sécurisée et où la pollution du sol s’ajoute à celle de l’air, s’exclame-t-il. «De grosses sommes d’argent ont été gaspillées dans ce lieu délaissé, rien de plus. Il suffit de passer par cette zone et de constater l’état des lieux», nous fait-il savoir.

Notre interlocuteur cite un autre projet qui devra faire, selon ses dires, l’objet d’une enquête et d’un audit. Le recyclage des ordures et du plastique se situant à proximité du parcours de santé. On ne sait plus ce qu’il est advenu de ce projet. Plusieurs demandes d’accès à l’information ont été envoyées à la commune en question. Elles sont restées lettre morte. Pour conclure, il cite l’absence de panneaux de signalisation, mentionnant la date de début et de la fin des travaux et autres informations susceptibles d’éclairer le citoyen.

Une étrange passion pour la rénovation des ronds-points

Les critiques fusent de partout quant au rendement des deux municipalités. A la commune du Kram, Slim Ben Achour, candidat vainqueur aux dernières élections locales de décembre 2023, se montre plus critique à l’égard de l’ancienne équipe qui a dirigé le conseil municipal du Kram et dont le président a été récemment entendu dans le cadre d’une autre affaire impliquant l’homme d’affaires Maher Chaabane. «Ils n’ont jamais été au service de la commune du Kram». En l’absence de projets innovants de développement susceptibles de redorer le blason de la ville, l’ancien maire avait une étrange passion pour la rénovation des ronds-points, se souciant peu des réelles préoccupations des citoyens, rappelle-t-il.

Ces derniers jours, on a eu droit à un mouvement de contestation mené par des habitants à proximité du marché municipal Ennour au Kram, en raison des étals anarchiques. Peu d’actions avaient été entreprises pour déloger ces marchands qui squattent aussi bien les trottoirs que les chaussées, rendant impossible toute circulation dans certaines rues. A cet effet, Slim Ben Achour espère une intervention énergique des autorités pour mettre fin au phénomène des étals anarchiques dans la commune du Kram.

Laisser un commentaire