Baccalauréat | Session Principale 2024 : C’est la joie !

80

 

Nous valons ce que valent nos joies, dit-on. Hier, cela a été une joie exceptionnelle dans les foyers qui ont eu à passer de longues journées d’attente et d’espoir. Mais, ne cherchez pas, les concerts de klaxons qui se succèdent sont annonciateurs de joie et de bonheur pour une bonne partie des  140.213 candidats au baccalauréat 2024.

Ces coups de klaxon jurent que ceux qui ont travaillé, souffert, se sont angoissés, ne sont plus candidats, mais bien les heureux élus qui, dans quelques heures, auront de nouvelles préoccupations. Le choix des filières et l’angoisse d’être orienté en fonction des choix manifestés, des disponibilités et des moyennes obtenues.

A l’Ariana, à l’étage qui se trouve juste à côté d’une boulangerie, éclate un chœur de youyous. Des femmes qui faisaient la queue pour acheter du pain, par solidarité ou par cette joie communicative qui s’empare de tous en ce genre d’occasions, se laissent aller et y vont de leurs signes d’allégresse.

Une voiture, toit ouvert, des filles et des garçons torse nu dehors, chantent et font le signe de la victoire.

Dans la file d’attente, une femme entend sonner son portable. Elle quitte le rang, lâche son filet et fébrilement ouvre la communication. Son visage resplendit d’un sourire qui en dit long sur ce qu’on vient de lui souffler. Un membre de sa famille est bachelier.

Elle raccroche et ses larmes coulent le long de son visage, dont les rides expriment une jubilation longtemps contenue.

Nous lui demandons s’il est possible de nous passer cet heureux nouveau bachelier. C’est une fille en fait. Elle a téléphoné de Gafsa. «Cela a été dur, mais ma moyenne va me permettre de faire médecine. Je souhaite devenir médecin militaire. Je ne sais pas pourquoi j’ai fait ce choix, mais cela m’est arrivé comme une vision qui s’est imposée à moi, lors des derniers mois de préparation du Bac. Dieu merci, tout a bien marché».

En arrière fond, l’hymne national résonne

La fille doit être brillante, le bac science tunisien est réputé un des plus durs du monde !

En arrière-fond, l’hymne national de ceux qui réussissent au Bac résonne. Les klaxons fonctionnent à plein régime. Un monsieur en civil se lève d’une terrasse de café et s’élance pour faire un signe à une voiture sur le nez de laquelle  est perchée une fille qui lève les bras et baragouine on ne sait quoi. Elle est heureuse, mais a oublié qu’elle risque de mal terminer sa journée avec une glissade tout à fait possible, qui l’enverrait sous les roues du véhicule. Il sort sa carte et la montre au conducteur qui devient blême. C’est un policier en civil.

Il ne semble pas vouloir faire plus que des remontrances. Le garçon se fond en excuses et tout redevient normal.

C’est gentil de traiter ce genre de situation avec pédagogie, calme, civilité et conviction.

Un parent qui passe ses vacances à Kerkennah, d’où il est originaire, appelle au téléphone, décidément c’est le jour de grâce pour les opérateurs téléphoniques qui se font payer pour les services qu’ils rendent.

En effet, les résultats de la session principale du baccalauréat ont été diffusés par SMS, pour les abonnés des opérateurs Tunisie Telecom, Ooredoo et Orange, moyennant un tarif de 950 millimes, a précisé le ministère de l’Education.

«Heureusement que le bac, le nôtre, fonctionne. Je suis à Sfax et je rentre tout de suite. Il faut voir quelle ambiance il y a ici. Tous ceux qui ont des enfants ou des parents qui passent le Bac sont dans une excitation incroyable. Après un Aïd maussade, le Bac fait revenir la joie dans les foyers».

Sur le chemin du stade, un jeune espoir est heureux d’avoir réussi, mais est incertain en ce qui concerne le choix de la filière : «Je suis tenté par la filière sport, mais des promotions entières attendent encore un poste. Je ferai autre chose assurément, mais je ne sais pas encore quoi».

De toutes les façons, à chaque jour suffit sa peine, puisque demain il fera jour.

Un commentaire

  1. MAALAOUI Abdo

    25/06/2024 à 00:06

    Il y a beaucoup de choses à dire sur le Système éducatif tunisien ! Mais ce n’est pas le moment, aujourd’hui on laissera nos enfants de fêter, ils ont travaillé très dur depuis presque 13 ans, ils méritent notre respect, notre amour et un grand câlin comme seul les grands parents savent le faire ! Joie, Bonheur et Réussite !!! Prof Abdo MAALAOUI, retraité

    Répondre

Laisser un commentaire