Ministère des Affaires étrangères – Conférence de presse : Nabil Ammar rappelle la suprématie absolue de l’intérêt national 

125

 

Le ministère des AE organisera une « conférence nationale des compétences », les 6 et 7 août prochain, à Tunis dans le cadre d’une nouvelle approche participative, visant à canaliser et responsabiliser toutes les compétences tunisiennes à l’étranger autour du développement national.

Le ministre des Affaires étrangères, de la Migration et des Tunisiens à l’étranger, Nabil Ammar, a tenu hier une conférence de presse périodique avec la presse nationale. Outre le sujet du jour, qui concerne les préparatifs pour le retour des Tunisiens résidant à l’étranger, (TRE), en cette période estivale, le ministre a abordé la question des dernières déclarations européennes, notamment celle de Josef Borrell, chef de la diplomatie européenne sortant qui a qualifié d’inquiétant le rapprochement de la Tunisie de l’axe Chine-Russie-Iran. Ammar a été on ne peut plus clair dans sa réponse, en rappelant les bases du travail diplomatique de tout un pays, indiquant que tout pays à l’indépendance de ses choix nationaux en matière de coopération bilatérale ou multilatérale.

Le ministre a souligné que la Tunisie ne s’éloigne d’aucun pays ou partenaire actuel, et a le libre choix de renforcer ses relations diplomatiques et économiques à ce qui correspond à ses intérêts nationaux, rien d’autre. Ammar a fait allusion à certaines parties qui ravivent la prise de position de M. Borrell, motivées en cela par des intérêts personnels ou économiques qui risquent d’être perdus…Le chef de la diplomatie tunisienne, maitrisant son sujet, n’a pas mâché ses mots.

Conférence nationale des compétences, les 6 et 7 août

Pour revenir au retour des TRE, le ministre a souligné que son département est en phase d’application d’un ensemble d’actions visant à instaurer une nouvelle dynamique participative des ressortissants tunisiens établis à l’étranger. « Nous allons rassembler les compétences tunisiennes engagées en une « Conférence nationale des compétences » qui aura lieu les 6 et 7 août prochain à Tunis. Cette initiative représente une approche participative et non une assistance. C’est que notre ministère, par le biais des responsables, ambassadeurs, consuls et personnels, fournit tous les efforts en vue de faciliter les services adéquats pour nos compatriotes, et de répondre à leurs différentes requêtes. Ce travail englobe la synchronisation avec les différents départements nationaux afin d’aboutir à une meilleure prise en charge », explique Nabil Ammar, qui a réaffirmé la priorité accordée aux TRE par son département et l’intérêt qui leur est porté par le Président de la République en personne. Et d’ajouter : « Cette conférence relève d’une approche participative visant à canaliser l’énergie positive et engagée de nos compatriotes résidant à l’étranger et voulant servir la cause nationale, plutôt que des intérêts personnels ou professionnels étriqués. Ce sont des compétences qui évoluent partout en électrons libres et en les canalisant dans l’objectif de servir la patrie, la Tunisie gagnera énormément. Cette conférence devra les rassembler pour recueillir leurs idées et faire évoluer les choses afin de concrétiser les meilleures idées en vue de servir les objectifs nationaux, tel le développement étriqués. Cette occasion leur permettra de faire du networking inter-tunisiens, ce qui pourra faire l’objet d’une banque de données des compétences résidentes à l’étranger, avec les personnes qui accepteront d’y figurer. C’est un engagement désintéressé de leur part qui n’aura que l’intérêt national comme fil conducteur », conclut-il. 

Sécurisation des frontières maritimes nationales

Par ailleurs, et relevant la question de la sécurisation des frontières maritimes tunisiennes et les dernières polémiques soulevées autour d’un soi-disant donnant-donnant avec l’Italie ou encore l’Union européenne, le ministre a souligné que la Tunisie ne joue pas aux garde-côtes pour quiconque, et qu’elle ne sert que sa souveraineté nationale.

Pour rappel, tout un dossier a bien été présenté par la Marine tunisienne pour approbation à la 11e réunion régionale de l’Organisation maritime internationale, OMI, qui se s’est tenue la troisième semaine du mois courant au Royaume-Uni, et ce, pour délimiter le périmètre sous la responsabilité tunisienne en matière de recherche et sauvetage maritimes.

La Tunisie est restée jusque-là le seul pays de la Méditerranée qui n’a pas délimité les périmètres de son intervention dans de pareils cas de naufrages et autres opérations de sauvetage et de sécurisation du périmètre maritime national. Aussi, le décret numéro 181 en date du 1er avril 2024 a porté entre autres sur la création du « Centre National de Coordination des Opérations de recherche et de sauvetage maritimes ».

Le Centre national, relevant des garde-côtes de la marine nationale, a été ainsi créé pour coordonner les diverses actions relatives à la recherche et au sauvetage en mer, avec les différents départements. Il fixe les péripéties des opérations d’intervention, outre celles de surveillance des côtes afin de pouvoir intervenir à temps pour sauver les bateaux, avions ou personnes en péril au large des côtes tunisiennes. Nabil Ammar n’a pas hésité à réaffirmer la suprématie absolue de l’intérêt national, à l’abri des tergiversations ici et là, et a souligné qu’aucun des pays ou organisations internationales partenaires de la Tunisie n’a critiqué les choix de la Tunisie en la matière.

Laisser un commentaire