La Zitouna sports a enfin sa propre salle : Une légende du sport tunisien

68

 

Une reconnaissance tardive certes pour un club-phare du sport tunisien.

Après tant d’années d’attente, de promesses et de fausses joies, la salle construite sur l’espace qui se trouvait effectivement dans une partie de la pépinière a été inaugurée. C’est la vénérable Zitouna Sports qui s’en servira pour poursuivre son œuvre. La Zitouna Sports est un club omnisports tunisien fondé en 1927. Elle a été lancée  par un groupe d’étudiants de la mosquée Zitouna, épris de sport. Et cette œuvre tient du prodige. Peu de clubs peuvent se prévaloir des mêmes réalisations. Au lendemain de l’indépendance, la Zitouna  Sports a en effet joué un rôle extraordinaire au niveau de la promotion et de la consolidation de presque toutes les disciplines qui avaient des difficultés pour s’imposer.  La gymnastique en 1934, la boxe et le culturisme en 1936, le baseball en 1938, le basket-ball en 1939, le volley-ball en 1940 et la natation en 1941. Mais c’est en 1947 que la Zitouna crée l’événement avec la constitution d’une équipe féminine de basket-ball, ce qui fait l’effet d’un séisme à l’époque avec les sœurs Ben Abdallah, les sœurs Jamel, Leïla Halouani (qui aura par la suite son émission radiophonique) et Ferida Klibi (qui est également la première athlète musulmane et qui se spécialise dans le lancer du javelot).

Sports collectifs et individuels

Profitant de la suppression du football en scolaire, elle a renforcé ses sections de sports collectifs. Elle est parvenue à tenir tête aux meilleurs mais ce que l’histoire retiendra, c’est bien son implication au niveau de la création de nouvelles sections grâce à la collaboration de ses   meilleurs éléments qui sont allés lancer des sections de handball, basketball et de volley-ball.

C’est ainsi que Moncef Hajar a créé la section de l’Espérance  Sportive de Tunis, Hmadi a lancé le handball à l’Asptt, Abdelaziz Ghelala a lancé Al Mansourah d’Hammam-Lif, etc… les enseignants d’éducation physique et sportive prirent le relais et c’est ainsi que ces sports sont devenus, plus tard, plus représentatifs que le football au niveau international. Ne parlons pas de l’athlétisme où elle avait tenu tête à l’Orientale qui réunissait les athlètes étrangers et quelques Tunisiens. Sa section féminine avec Ferjani qui lança les sœurs Dérouiche.

La Zitouna Sports c’est donc une légende qui s’est imposée dans le paysage sportif, mais un symbole qui n’a pas toujours été respecté. En effet, délogée de la place Sidi El Bahri, elle a erré jusqu’à finir par atterrir dans ce «terrain de la pépinière municipale». Après des années d’attente, on lui a offert cet espace mais en gardant ce nom qui ne signifie rien. Et qui, malheureusement, escamote tout un pan de l’histoire du sport national.

Pourquoi ?

Personne ne le sait, mais nous osons espérer que la municipalité concernée rattrapera cet oubli et baptisera ce petit complexe au nom de cette association sportive qui a marqué de son empreinte le sport tunisien.

Laisser un commentaire