Pour annoncer la couleur dès la manche aller et s’ouvrir de nouveaux horizons dans la perspective du prochain palier de la C1, l’Espérance doit absolument tenir un résultat chez son voisin algérien.
Détentrice de la C1, l’EST reprend son bâton de pèlerin demain pour en découdre avec un gros morceau, les Algériens du CS Constantine. Pas de répit donc pour un onze «sang et or» qui enchaîne les rencontres au plus haut niveau depuis quelque temps déjà.
Après les supercoupes de Tunisie et d’Afrique, l’équipe à battre en terre africaine est forcément attendue au tournant par un CSC qui évoluera dans son fief, au stade Hamlaoui.
Le chemin de l’Espérance est donc tout tracé.
Pour annoncer la couleur dès la manche aller et s’ouvrir de nouveaux horizons dans la perspective du prochain palier de la C1, il faut absolument tenir un résultat chez le voisin algérien.
Dans cette optique, rien n’a été laissé au hasard depuis le retour du Qatar. Les répétitions ont été allégées en vue de permettre au groupe de souffler et d’évacuer la fatigue après la débauche d’énergie de ces derniers jours. A cet effet, Sameh Derbali et Khalil Chammam ne devraient pas faire partie des joueurs appelés à en découdre avec le représentant algérien.
Convalescent, ce tandem sera ménagé (sage décision).
Autre défection d’avant-match, le milieu Fousseiny Coulibaly devrait déclarer forfait suite à une blessure.
L’EST se trouve ainsi amputée de trois piliers, même si la profondeur du banc «sang et or» est là pour pallier tout impondérable. Disposant d’alternatives fiables, l’Espérance a forcément des atouts à faire valoir.

Un savant dosage
Expérimentée, dotée d’une mosaïque de tauliers rompus au haut niveau, l’EST est assez nantie en joueurs de valeur pour faire le job comme on dit. Certes, le CS Constantine constitue une bonne surprise en marge de la phase des groupes de la C1 où elle a supplanté au classement le CA et le TPM.
Sauf que là, il s’agit de défier l’Espérance, le tenant du titre, auteur, rappelons-le, d’une grosse performance en finale de la C1 face aux Cairotes d’Al Ahly. Bref, l’EST, c’est le très haut niveau continental, l’équipe qui se nourrit de challenges et de consécrations à l’envi.
Maintenant, à l’approche du choc face aux Algériens, il s’agit de se remettre en question et de s’armer d’humilité en vue de piéger l’adversaire dans son antre.
Ce faisant, volet jeunes joueurs ayant pris du galon récemment, le tandem Mouine Châabani-Majdi Traoui n’a pas manqué d’encourager la concurrence, source de saine émulation de groupe. Certains parmi les « apprentis » lancés dans le grand bain ont même pris de la bouteille en attendant de devenir incontournables un jour.
Ce savant mélange, ce brassage entre tauliers et jeunots est à n’en point douter la recette du succès «sang et or». S’affirmer à terme, se bonifier et apprendre son métier au contact d’éléments chevronnés, c’est forcément porteur. Nul doute que l’équipe en tirera les bénéfices le jour «J».
Enfin, chapitre activités de l’exécutif «sang et or», le comité directeur a récemment conclu un accord préliminaire avec les directeurs de l’hôpital international Aspetar, visant à renforcer les échanges et les relations entre les deux parties dans le domaine de la médecine sportive et la fourniture de services médicaux de haute qualité au groupe de joueurs de l’Espérance.
Rappelons à cet effet que de grands clubs de football, tels que le Barça, les Blues de Chelsea, City, les Spurs de Tottenham et le Paris Saint-Germain ont antérieurement conclu des accords similaires avec le même centre médical.

K.K.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire