Virtuosité, tarab et découverte, telle était l’ambiance de la soirée inaugurale de la première édition des «Nuits du théâtre de l’Opéra à Hammamet». Au programme, l’orchestre national tunisien, dirigé par le maestro Mohammed Lassoued, et les deux belles et jeunes voix tunisiennes Ahmed Rebaï et Eya Daghnouj.

L’amphithéâtre de plein air de Hamammet continue à s’illuminer des feux de la fête. A peine la 55e édition du Festival international de Hammamet achevée avec succès,  c’est un nouveau festival qui s’y invite pour inaugurer sa première édition: «Les nuits du Théâtre de l’Opéra à Hammamet».  Ce festival né de la volonté de rapprocher le Théâtre de l’opéra du public, partout sur toutes les scènes tunisiennes. L’édition pilote, qui a lieu à Hammamet du 20 au 23 août, offrira une sélection parmi les productions des différents pôles du Théâtre de l’opéra de la Cité de la culture à Tunis.

Loin des murs de la cité,c’est l’Orchestre national tunisien avec ses artistes du Pôle musique et opéra qui est allé à la rencontre du public de Hammamet. Sous la direction de Mohammed Lassoued, la soirée a été plus qu’un enchantement : une révélation.

Eya Daghnouj, qui n’a cessé d’enchanter le public tunisien depuis ses débuts dans l’émission «The Voice», a inauguré la soirée avec des airs de malouf tunisien. Elle reprend ensuite «Al Omr Bin Idik» de la grande artiste tunisienne Naâma à qui elle a rendu hommage dans un concert mémorable sur la scène du festival de Hammmamet le 24 août dernier. Avec sa voix envoûtante et son charisme naturel, la jeune chanteuse a interprété «Hanat Al Akdar» de Oum Kalthoum à la demande du public qui connaît parfaitement son répertoire favori. Puis Eya s’est lancée dans un superbe récital de chansons keffoises.

Avant de céder la scène à la deuxième partie de la soirée, Eya a enchanté le public de Hammamet avec «Issal Alaya» de la célébrissime Layla Mourad.

Lors de la deuxième partie, Ahmed Rebaï, jeune chanteur en vogue, a su conquérir le public avec des reprises du répertoire tunisien et oriental en plus de son propre répertoire. Un talent prometteur qui se fait un prénom aux côtés du nom familial légendaire en musique tunisienne. Il interprète à merveille Abdelhalim Hafedh, Ali Riahi,Najet Essaghira avant de présenter ses titres les plus récents dont «Ana Nhebbek» et «Waad» avec la même fraîcheur et un souffle tunisien moderne.

Pour finir en beauté, Ahmed Rebaï a invité sur la scène Eya Daghnouj. Les deux artistes ont réuni leurs voix et leur talent dans un duo pour un hymne à l’ amour en interprétant une chanson de Kadhem Essaher «Kon Monsifan ya sayedi el kadhi».

Une soirée réussie qui a donné le ton de ce festival naissant  «Les Nuits du théâtre de l’opéra à Hammamet». Le festival en quatre dates s’est  poursuivi  avec, le mercredi 21, un florilège des créations du pôle Ballet et Art Chorégraphique où le public a découvert les «Quatre Saisons» du Ballet de l’Opéra de Tunis ainsi que les créations, entre folklore et modernité du nouveau ballet de danse tunisienne. Suivi de la pièce de théâtre «Don Quichotte céder le passage» du Pôle Théâtre et Arts Scéniques de Chadly Arfaoui et la clôture aura lieu ce soir vendredi avec l’opéra «Didon et Enée» de l’Orchestre et Chœur de l’Opéra de Tunis avec la participation du Ballet de l’Opéra de Tunis et du Centre national des arts de la marionnette.
Ainsi sont «les nuits du théâtre de l‘Opéra à Hammamet», riches, curieuses et pleines de nouvelles étoiles.

Charger plus d'articles
Charger plus par Amel Douja DHAOUADI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire