Le Festival international de Kesra a soufflé sa 29e bougie et s’est forgé une bonne réputation.

La ravissante chanteuse Emna Fakher a réussi son bail à Kesra, le plus haut village de Tunisie. Ce fut un événement chargé en grandes émotions qui a réuni une pléiade de personnalités, notamment culturelles, originaires de cette région.
Riche d’un patrimoine millénaire qui comprend des sites archéologiques d’une grande valeur historique, la ville de Kesra (à une distance de 160 km de Tunis et 120 km de Kairouan) est à l’honneur avec son festival qui a démarré le 20 août avec la voix d’or de Emna Fakher en présence d’un nombreux public venu des alentours de cette région historique.
A un peu plus de 22h00, Emna Fakher est montée sur scène face à son public composé de fans jeunes et adultes. Elégante, souriante, et charismatique, la chanteuse a charmé le public de Kesra en interprétant plusieurs chansons avec sa voix belle et douce. Elle était à la hauteur des attentes en assurant comme il se doit la soirée d’ouverture de ce festival. Elle a interprété des chansons d’Oum Kalthoum, Oulaya, Naâma, Cheb Béchir et, bien sûr, le folklore tunisien. Elle a également interprété trois chansons de son nouvel album .
«Ce fut une soirée inoubliable face à un public en or qui a besoin de se distraire et d’oublier ses soucis quotidiens. Certes, j’ai essayé de répondre aux divers goûts des mélomanes. J’ai des projets, mais aussi un rêve c’est celui de chanter à Carthage.
Je pense qu’actuellement j’ai un répertoire assez riche qui me permettra de me produire à Carthage. J’y pense sérieusement.», nous a-t-elle déclaré à la fin de son concert.
Le coup de gueule
de Dalila Meftahi …
Après la grande soirée de Emna Fakher, le public de Kesra a été déçu par l’attitude de l’actrice Dalila Meftahi qui était venue pour présenter sa pièce de théâtre «Arousset Bazar» lors de la 2e journée du festival international de Kesra. Elle a manqué de respect aux organisateurs et aux journalistes qui sont venus découvrir sa dernière pièce. L’actrice a refusé de jouer, et ce, en prétextant que le lieu n’est pas compatible avec cette pièce. Elle a insisté pour jouer en circuit fermé et non en plein air.
Malgré l’appel des spectateurs, Dalila Meftahi était catégorique et a refusé de jouer sa pièce à la grande déception du public de la région de Kesra.

Charger plus d'articles
Charger plus par Karry BRADAI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire