Surréaliste, saisissant … L’art pictural de Becem Ben Othman plonge à la fois les férus d’art moderne, de vêtements décalés, et les mordus de pop-culture dans un univers sombre, intrigant mais qui reste à la pointe de la tendance. Cet imaginaire, visible sur des tableaux ou des vêtements, fusionne mythologie, renaissance, expressionnisme, surréalisme et culture mainstream.

L’artiste a été bercé depuis son jeune âge par la poésie, les œuvres de Picasso et les livres d’art. Sa vision décalée du monde est faite de mystère, d’irrationnel et prend vie sur ses premières œuvres. Sa découverte du surréalisme a affiné ses tableaux … jusqu’à nos jours. Récemment, il revient en designer distingué : Avec « MaximVs » (Prononcé MaximUs), le créateur est parvenu à centraliser tout son univers. Il s’agit d’une appellation recherchée qui émane de l’époque romaine et du langage latin et fait référence à une création d’habits singulière, propre à l’artiste et disponible en ligne et dans deux concepts Store. Bessem ben Othman est pluridisciplinaire : il est scénariste, peintre, a déjà à son actif un livre publié à compte d’auteur titré «Source, Mouvance, Apparence» : dedans, on peut découvrir ses tableaux qui y ont été soigneusement déclinés. L’artiste a déjà exposé dans les galeries d’arts et dans de nombreux espaces et possède plus de 200 tableaux et dessins. Trois questions s’imposent pour mieux cerner cet univers détonnant.

Tes dernières créations fusionnent art et mode. Comment s’est déroulée cette transition ?
L’idée a émergé avec ce boom d’ images sur les tee-shirts qui remonte déjà à quelques années. Chacun essayant de se distinguer tant bien que mal. Je me suis inspiré d’un imaginaire collectif pop, dont il tire sa source des médias, de la télé, du net, des films, des séries, des BD, de l’univers des super-héros tendance de Marvel, et du monde de l’art dans sa globalité. Au début, j’ai commencé à reprendre ce genre d’images, celles d’autres artistes, jusqu’à récemment, où j’ai commencé à utiliser mes propres images, mes propres œuvres picturales dont certaines qui ont déjà été exposées dans des galeries, et d’autres en cours de création. Au début, j’ai fait en sorte d’opter pour des images connues dans le but de toucher plus d’adhérents consommateurs. Commencer directement avec mes créations pouvait ne pas être du goût de tout le monde.

Quelles ont été tes inspirations artistiques ?
Je me suis inspiré du travail de Marcel DuChamp, peintre, plasticien, homme de lettres. A l‘époque d’Andy Warhol, il avait fait sensation à travers son art. L’artiste a pris La Joconde, et lui a ajouté des moustaches. (Pour ne citer que cet exemple parmi d’autres). Il a travesti en quelque sorte, des œuvres connues. En ce qui me concerne, j’ai opté par exemple pour des super-héros contemporain comme Iron Man et je les ai affichés sur des tee-shirts, passant de la sorte des tableaux aux pulls. C’est principalement l’influence pop-culture du xxe siècle qui m’a poussé à aller de l’avant. C’est une époque que je trouve d’ailleurs proche de celle de la mondialisation.

Des œuvres picturales aux vêtements, tes influences sont-elles les même ?
Pas vraiment. Pour les tableaux, j’allais plus loin. Mon intérêt pour d’autres époques se fait tout de suite sentir : je parle de périodes comme la Renaissance, l’expressionisme ensuite le surréalisme et des icones comme Salvadore Dali et d’autres. Finalement, il y a ceux issus du courant moderne. Je les ai explorés en tentant de combiner entre les différentes époques. J’estime qu’au final, j’ai pu atteindre un style minimaliste. Les nouveaux dessins sont moins encombrés avec moins de détails dus à ce modernisme pop.

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire