Seulement 34 partis parmi les 219 du pays ont vu leurs dirigeants déclarer leur patrimoine à l’Inlucc et 1.877 associations sur les 17.772 que compte le pays. Soit 6% des partis et moins de 10% des associations. Ce alors qu’en ces ambiances électorales que l’on voudrait libérer de l’argent sale, ces deux catégories sont spécialement ciblées par la lutte contre la corruption et pour l’égalité des chances entre les candidats.

Et l’Instance nationale de lutte contre la corruption a dû réitérer son appel à coopérer avec elle en déclarant leur patrimoine ou en complétant la déclaration.

L’Inlucc a donc appelé les dirigeants des partis politiques et associations récalcitrants, en particulier ceux d’entre eux qui sont candidats aux prochaines élections de 2019, à accomplir immédiatement ce devoir légal. Mais que l’Inlucc est seule à traquer. Car l’Isie ne le compte pas parmi les obligations du candidat.

Ainsi, l’Inlucc a dû adresser 36 plaintes à la justice pour l’application des sanctions prévues par la loi à l’encontre des contrevenants n’appartenant pas au secteur public. Un projet de décret gouvernemental a même été élaboré, définissant le modèle de publication du contenu des déclarations énoncé dans l’article 8 de la loi 46/2018 sur la déclaration des biens, la lutte contre l’enrichissement illicite et le conflit d’intérêts.

Et l’Inlucc d’appeler le gouvernement à hâter la publication de ce décret, rappelant que les délais légaux concernant l’obligation de procéder à la déclaration des biens ont expiré depuis plusieurs mois.

Il est à rappeler que l’article 8 de la loi sur la déclaration de patrimoine stipule que l’Inlucc se doit de respecter la loi sur la protection des données personnelles, avant de procéder à la publication du contenu des déclarations de patrimoine sur son site électronique pour les catégories 1 à 8 énoncées par la loi selon un modèle devant être approuvé par décret gouvernemental sur proposition de l’Instance et avis conforme de l’Instance de protection des données personnelles. Une manière de lancer un S.O.S. comme quoi l’Inlucc mène le combat en solitaire.

Charger plus d'articles
Charger plus par M’hamed JAIBI
  • Chef du gouvernement

    Constats et ambitions

    Et la foire aux déclarations folkloriques de se poursuivre, sur un rythme de plus en plus …
  • décès Adam Boulifa

    «Le droit de tabassage !»

    Un supposé mauvais regard, une parole plus ou moins déplacée, une petite bousculade peuven…
  • Chef du gouvernement

    Des négociations laborieuses

    Comme prévu, les premières rencontres-concertations menées par Habib Jemli, chef du gouver…
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire