« Aucune brigade sécuritaire spécialisée n’a contacté en prison l’homme d’affaires Chafik Jarraya pour lui demander des informations, des dossiers ou des enregistrements contre le candidat à la présidentielle Nabil Karoui ou Hafedh Caïd Essebsi directeur exécutif du mouvement Nidaa Tounes », a déclaré le ministère de l’intérieur.

Dans un communiqué publié dimanche, le ministère précise que tout ce qui a été fait dans l’affaire du candidat à la présidentielle Nabil Karoui a été l’exécution d’un mandat émis par les organes judiciaires spécialisés.

Fayçal Jadlaoui, l’avocat de l’homme d’affaires détenu en prison Chafik Jarraya avait déclaré sur Nessma TV (appartenant à Nabil Karoui) que son client a été contacté en prison par une brigade sécuritaire spécialisée qui lui a demandé des informations, des dossiers ou des enregistrements contre Nabil Karoui ou Hafedh Caïd Essebsi. Des informations, qui peuvent par la suite, selon lui, lui permettre de « se tirer d’affaire ».

Le ministère de l’Intérieur a assuré que les propos de l’avocat touchent à l’intégrité et à la crédibilité de l’appareil sécuritaire, ajoutant que « ce genre de déclarations vise aussi à impliquer l’appareil sécuritaire dans des tiraillements politiques ».Le ministère de l’Intérieur a indiqué avoir demandé au ministère public d’ouvrir une enquête suite aux déclarations de l’avocat.

Nabil Karoui, propriétaire de Nessma TV, président du parti « Au Cœur de la Tunisie » et candidat à l’élection présidentielle anticipée, a été arrêté, vendredi, par une brigade de la Direction générale de la sûreté nationale au niveau de l’autoroute Tunis-Béja, en exécution du mandat de dépôt délivré à son encontre par une des chambres de la Cour d’appel de Tunis.

L’organisation « I Watch » avait déposé une plainte le 2 septembre 2016 près le Pôle judiciaire, économique et financier contre les deux frères Karoui pour suspicion de blanchiment d’argent par l’intermédiaire des sociétés qu’ils détiennent au Maroc, en Algérie et au Luxembourg.
Le procureur de la République près le Pôle judiciaire avait ouvert une enquête à la suite de cette plainte et décidé d’adresser plusieurs chefs d’accusation à Nabil Karoui et Ghazi Karoui dont celui de blanchiment d’argent.

Le 8 juillet 2019, le juge d’instruction en charge de l’affaire avait décidé des mesures préventives à l’encontre des deux frères Karoui dont l’interdiction de voyage et le gel des avoirs.
Le 23 juillet dernier Nabil Karoui a été entendu par le premier juge d’instruction du Pôle judiciaire durant huit heures dans le cadre de la même affaire.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire