Tunisienne de l’autre rive, évoluant dans le domaine de l’audio-visuel, Soraya Nefissi est de ces personnes qui, avec constance et discrétion, travaillent pour l’image de leur pays d’origine. Participant à de nombreux évènements associatifs, culturels, caritatifs, elle n’hésite jamais à aider, orienter, soutenir. C’est probablement pour cela que c’est à elle que l’on a fait appel pour assurer la coordination de la fameuse émission de Cyril Hanouna « Touche pas à mon pote », qui remporta un tel succès d’audience. Un succès qui donna à Soraya Nefissi le désir de continuer à porter haut et fort les couleurs de son pays.

Il lui fallait un concept, un lieu, une visibilité, un slogan. Ce fut vite trouvé : un concert impliquant les plus grands artistes tunisiens. Ce serait à l’Olympia, et nulle part ailleurs. Et cela ne pourrait s’appeler que « One night in Tunisia », en hommage au célèbre morceau de Dizzy Gillepsie.

En deux semaines, l’affaire fut bouclée : Skander Guetari, le directeur artistique de l’évènement sélectionna dix artistes. A tous, on demandait d’interpréter un morceau du répertoire classique revisité, et une de leurs créations.

Il fallait également un parrain pour le concert. Cela ne pouvait être que Lotfi Bouchnak, adulé par les jeunes et les moins jeunes. Il accepta gracieusement, et tous les artistes sollicités acceptèrent de baisser de façon conséquente leurs cachets. Les institutions, mais aussi les sponsors adhérèrent au projet.

Ghalia ben Ali, Lam, Mounir Troudi, Sabri Mosbah, pour ne citer que ceux- là, Souad Massi, tunisienne de cœur, seront réunis, et cela faisait longtemps que l’on n’avait vu sur une même scène un tel ensemble de grands artistes. Ce sera, incontestablement, le 29 septembre prochain, l’évènement de la rentrée.

Tout a été mis en œuvre pour que cela soit un succès : le soutien de Paris Match, du Figaro et du Journal du Dimanche. Des spots radio sur Beurre Fm, un spécial sur « Dimanche, tout est permis », et le plus bel argument qui soit : le concert est donné au profit de deux associations : l’Association tunisienne pour les enfants leucémiques, ce qui permettra de créer une unité pédiatrique au sein de l’Hôpital Aziza Othmana, et l’Association Mnemti, créée par Saadia Mosbah, pour lutter contre la discrimination.

Conçu et scénographié de manière interactive, le concert veut transmettre un message : en Tunisie, on chante, on pleure, on rit, mais on ne se lamente pas et on croit en l’avenir

 

Charger plus d'articles
Charger plus par Alya HAMZA
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire