Des sépultures chrétiennes, d’époque romaine tardive, ont été mises au jour, lors d’une fouille préventive à Kélibia, dans le secteur de Bir Nahal (juillet – août 2019), menée sous la direction de Mounir Fantar, chercheur à l’INP.
Il s’agit d’une série de tombes à fosses ayant été obturées par des stèles néopuniques remployées, en guise de dalles de fermeture.
Vingt-quatre stèles, dont une épigraphe, y ont été recueillies. L’iconographie de ces ex-voto est variée : signe dit de Tanit, décor anthropomorphe, représentations empruntées à l’architecture, décor zoomorphe, décor astral, etc.

 

La présence de ces stèles néopuniques (1er s. av. J.-C. – 1er s. ap. J.-C.), remployées dans un contexte funéraire romain tardif, incite à s’interroger sur leur provenance. Il est probable qu’elles aient été retirées d’une aire sacrée, dédiée à Baal, située dans les environs immédiats de la nécropole, objet de la fouille.
L’apport de ces nouvelles données archéologiques est considérable pour une meilleure connaissance de l’histoire d’Aspis-Clipea aux époques néopunique et romaine.

 

Charger plus d'articles
Charger plus par Ronz NEDIM
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire