Toute une existence semée d’embûches et de conflits les sépare et pourtant la vie a fait en sorte qu’ils se croisent … «The Reports on Sarah and Saleem», actuellement projeté au Cinémadart traite d’un amour sur fond du conflit israélo-palestinien.

Sur fond de conflit politique, une jeune Israélienne mariée à un colonel, prénommée Sarah, et un jeune Palestinien Saleem tombent amoureux l’un de l’autre. Leur aventure déclenche un jeu dangereux de duperie entre ceux qui détiennent le pouvoir, ceux qui ne le détiennent pas et ceux qui aspirent juste à un semblant de vie paisible et à la liberté contre vents et marées.

Sarah est en plus mère de famille, Saleem est palestinien, marié également et sera bientôt papa. La rencontre a eu lieu dans un café où Sarah travaille, elle est gérante du lieu, lui est livreur de viennoiseries. Le coup de foudre fut des plus forts et le couple s’est laissé aller en dépit de tout ce qui pouvait briser cette relation forcément illégitime aux yeux de tout le monde.

L’armée israélienne, dans la vraie vie, pourchasse et maltraite souvent les couples mixtes, même ceux qui sont légitimes et le scénariste-réalisateur s’en est profondément inspiré pour son 2e court métrage. Coécrit par son frère Rami Alayan, le film relate cette histoire prenante, passionnante dès le départ, tout en mettant une certaine distance : Ce «Roméo et Juliette» palestino-israélien n’est pas moralisant, ne tombe pas dans le jugement jusqu’à la fin, et c’est d’ailleurs son point fort. L’instabilité sociopolitique pesante dans la région y est subtilement filmée, et le patriarcat et l’archaïsme fortement imprégnés au sein de la société sont mis en exergue. Le film se veut libérateur et esquisse des femmes émancipées, libres et fortes : Bisa, l’épouse trahie de Saleem, sort de sa torpeur, son avocate est représentée comme étant une femme indépendante sur qui tout repose et Sarah est face à tous les maux du monde.

Le scénariste prône un discours contre le rejet sur fond d’amour et de conflits politiques sévères. Le film prend aux tripes et envoute grâce notamment à l’interprétation magistrale des acteurs. Distribué par Hakka Distribution, le film passe quotidiennement au Cinémadart.

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire