Concentrés, studieux: huit des 26 candidats à la présidentielle tunisienne ont exposé samedi leur credo lors de la première de trois soirées de débat télévisé, un événement très rare dans le monde arabe.

A huit jours du premier tour de scrutin, ce débat a été salué comme « historique » et comme « un moment de fierté » par des tunisiens rassemblés dans des cafés ou commentant l’émission en direct sur les réseaux sociaux.

Pendant deux heures et demie, debout derrière leurs pupitre, les postulants ont répondu à des questions tirées au sort et posées par deux journalistes modérateurs.

A l’origine, ils devaient être neuf, mais le candidat et homme d’affaires controversé Nabil Karoui était absent, emprisonné pour blanchiment d’argent depuis le 23 août. Il s’est cependant invité dans le débat en tweetant pendant la soirée.

« Ce soir on me prive de mon droit constitutionnel de m’exprimer face au peuple tunisien. Et ça ose parler d’élections démocratiques et transparentes en l’absence du principe élémentaire d’égalité des chances », a-t-il écrit.

Les autres candidats, Abir Moussi,  Abdelfattah Mourou, Mehdi Jomaa, Mohammed Abou, Abid Briki, Néji Jalloul, Moncef Marzouki et Amor Mansour  n’ont pas évoqué l’absent.

Sécurité, diplomatie, libertés publiques, questions économiques et sociales… L’éventail était large et chacun disposait de 90 secondes pour répondre, temps de parole impitoyablement ponctué par des bips lorsqu’ils menaçaient de déborder.

L’émission s’est achevée au bout de deux heures, et chacun a pu, pendant 99 secondes, présenter ses grandes lignes et son credo pour ses 100 premiers jours de présidence.

Dimanche et lundi soir, les 17 candidats  restants, divisés en deux groupes, débattront à leur tour devant les caméras.


Charger plus d'articles
Charger plus par Ronz NEDIM
Charger plus dans à la une

Un commentaire

  1. Ben brahim

    08/09/2019 à 13:09

    Pour avoir le cœur net dis nous ce tu as fait comme vol trafic fisc , et blanchissement d argent et tu n’es pas le seul , puis on passera aux urnes. Si tu ne dis rien tu n’auras rien

    Répondre

Laisser un commentaire