La traversée de 3.000 km à pied de Ridha Dhib a suscité curiosité et intérêt pendant l’été. De Paris à Sousse, retour sur un itinéraire artistique marquant. L’artiste marcheur a concrétisé cette performance à l’institut Français de Tunisie le 9 septembre dans le cadre d’un finissage intitulé «ID’BA Projet hor-l-zons». Au gré des 106 étapes, et à l’aide d’une boussole performante en réalité augmentée, Ridha Dhib est parvenu à créer ce trait d’union entre la France et la Tunisie. Bienvenue dans les coulisses de cette immigration inversée hautement symbolique.

Tout d’abord, on va se focaliser sur ce fameux déclic : comment est née «cette idée de la Marche»?
La marche fait partie de mon travail et de ma démarche depuis quelques années : depuis l’avènement du numérique, on peut en effet, obtenir une trace de ce qu’on peut accomplir. Cet intérêt a vu le jour depuis une quinzaine d’années. Pour revenir sur cette performance, en tant que Tunisien : je me questionne. Cette ligne, cette traversée de la France jusqu’en Tunisie en passant par l’Italie a été un trait d’union. Sur le chemin, ce sont les rencontres qui m’ont marqué : je suis fils d’immigré et l’inattendu était stimulant. Cette démarche, cette expression par le corps, mon corps était de l’ordre de l’inconscient, de l’impensé. Je prenais en compte la misère économique, qu’on peut ressentir du nord au sud, par exemple. En France et en Italie, les gens me recevaient et m’accompagnaient. Je me suis dit qu’il faut faire l’itinéraire de cette immigration à l’envers, du nord au sud. Certains passants, des villageois, ne voient pas de touristes, ni d’immigrés, ni d’européens : ils voient leur semblable, un être humain. Ce chemin est une nécessité éthique de le faire à l’envers. Le territoire, ça se traverse et ça se vit.

En parlant, vous vous focalisez davantage sur l’Italie que la France. Pourquoi ?
En Italie, c’était la partie la plus balisée. C’était l’imprévu et c’était aussi la partie la plus longue.

Comment expliquez-vous l’hospitalité de toutes celles et ceux qui vous ont accueilli ? Est-ce que c’est dû à votre apparence ou à votre aura méditerranéenne ?
Je me vois déjà défavorisé des autres. Dans le sud, ils ont l’habitude des passants. Dans mon cas, il y a une bizarrerie, dans «comment je suis», «Ma manière d’être» dans mon énergie : je trace une ligne, je suis presque une ligne : on voit une certaine énergie qui passe : je suscite la curiosité, il y a le respect de la performance et par conséquent de la personne qui la porte.

De Paris à Palerme, en arrivant à Tunis : c’est l’immigration inversée. Comment était le contact avec les gens ? On voudrait en savoir plus sur cette diversité humaine que vous avez sûrement croisée en chemin d’une région à une autre.
J’ai été hébergé dans des monastères, des couvents : à aucun moment, la question de l’appartenance, ou de la religion par exemple, s’est posée mais une fois, je me suis retrouvé chez des prêtres issus de toutes les nationalités : ils m’ont demandé quelle était ma religion, j’ai dit que j’étais athée, mais ça ne les a pas empêchés de bien me traiter. 99% de mes rencontres se sont très bien passées —pour ne pas dire 100% : ce 1%, c’est la part des anges— (rire). Dès qu’on échange un peu, c’est la question de la performance qui prend le dessus : son sens, son message, qui a impacté toutes les rencontres. Les gens c’est des degrés, des variétés, j’ai rencontré des gens peu ouverts dans des patelins très isolés notamment dans le sud de la France. Mais j’annonce la couleur et je leur explique ce que je fais. Cette rencontre avec mes semblables s’est toujours bien passée quand je me présente. J’ai fait pas mal de bords de route également.

Avez-vous rencontré des problèmes ? Avez-vous eu des mésaventures ?
Les chiens, ce sont ceux que j’ai rencontrés le plus (rire). Et à Palerme, sur une petite plage, j’ai commencé à filmer et j’ai aussitôt été entouré de mafieux qui se sont sentis menacés et qui ont tenu à ce que je leur montre ce que j’avais filmé. C’est juste ça, mais pour le reste, franchement… tout s’est bien passé et je suis agréablement surpris !

Parlez-nous de votre condition physique ?
Je suis sur une moyenne de 33 km par jour depuis mon départ de Paris, et en Italie, j’ai pu atteindre les 40 km. J’ai des barres de céréales sur moi et de l’eau. Je bois beaucoup d’eau jusqu’à 6 ou 7 litres. En Tunisie, j’ai fait Tunis, Grombalia, Hammamet, Ennfidha, Hergla et Sousse.

Votre performance est née de cette ligne directrice que vous avez décidé de traverser. On aimerait que vous nous éclairiez davantage d’un point de vue artistique sur les arrêts que vous effectuez…
Ce sont des points de liaison et quand je construis les étapes, je cherche les distances les plus raisonnables pour un marcheur : il y a plusieurs paramètres, celui du logement, de la distance… Ces arrêts, ce ne sont pas une coupure de la marche. Il y a de points morts : le rythme s’atténue mais il n’y a pas de coupures, il ne s’agit pas de rupture. C’est une variation d’intensité plutôt qu’un rapport de rupture. L’idée est que cette ligne doit être fluide dans les deux sens.

Derrière cette performance sportive, comment pouvez-vous nous expliquer davantage la dimension artistique, philosophique et sociétale derrière, qui reste peu saisissable ?
Tracer une ligne dans le temps, c’est presque de la géologie de l’image. Reconstituer cette ligne à partir de morceaux de paysages et d’images prises, c’est ce qui est fait. Il s’agit d’un dispositif. Je me réfère à toutes ces images prises qui font l’objet d’une exposition. Ce travail se réfère à une carte stellaire. Il y a des vidéos projetées et des images et de cette dimension artistique s’est reconstitué ainsi cet itinéraire, cette ligne. C’est un travail sur l’image. L’exposition à l’Institut Français est l’apothéose de cette performance.

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire