Le candidat du parti de  » l’Union populaire républicaine  » (UPR), Mohamed Lotfi Mraihi, souligne, lundi, à Kasserine, l’engagement à appliquer la loi à tous, riches ou pauvres, et avec la même fermeté.

Dans une déclaration, à l’agence TAP, le candidat insiste sur l’impératif de juger ceux qui ont spolié l’argent et les richesses du pays.

Mraihi propose un modèle économique nouveau basé sur une politique protectionniste intelligente, en appliquant un impôt social sur la valeur ajoutée pour résoudre les problèmes de l’emploi, des caisses sociales, de la monnaie tunisienne et de l’inflation.

L’économie nationale devrait, dit-il, recouvrer sa vitalité pour que la Tunisie puisse imposer sa souveraineté sur son sol. Pour lui, l’économie parallèle est dominée par des lobbies qui infiltrent tous les rouages de l’Etat. A ce propos, il s’engage à poursuivre tous ceux qui sont impliqués dans la contrebande et à mettre fin à ce trafic.

Le candidat du parti de l’UPR projette de nationaliser les richesses et d’annuler les contrats signés, depuis la colonisation, et ceux conclus, pendant la dictature, dont la justice a attesté le caractère corrompu.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire