Le candidat à l’élection présidentielle anticipée Mongi Rahoui qui était en déplacement, lundi, à Kairouan dans le cadre de sa campagne électorale, a indiqué qu’il veillera au rétablissement des relations avec la Syrie et à instaurer une diplomatie économique, qui, moyennant une équipe compétente, s’emploiera à attirer les investissements extérieurs, à renforcer les exportations et à ouvrir de nouveaux marchés.

En allant à la rencontre des habitants de la ville de Kairouan, Mongi Rahoui a estimé que le président de la République est garant de l’unité du pays, du caractère civil de l’Etat et des droits et libertés. Le président est également tenu de préserver les droits économiques et sociaux, tels qu’énoncés dans la Constitution tunisienne, a-t-il ajouté.

Il cite à cet égard le droit au travail, une question qui a été négligée par les gouvernements successifs, regrette-t-il. Pour lui, le chef de l’Etat doit jouer un rôle important en la manière: encourager une économie générant des emplois en particulier pour les jeunes au chômage.

La question de l’emploi, insiste-t-il, relève de la sécurité nationale dès lors que les milliers de jeunes chômeurs rejoignent les rangs des désespérés, ce qui peut donner lieu à une explosion sociale.

Sur un autre plan, Mongi Rahoui évoque la priorité de mettre en place la Cour constitutionnelle, relevant, qu’une fois élu président, il veillera à instituer une loi portant sur la sécurité alimentaire et hydrique. Le candidat s’engage également à mettre en place une stratégie nationale dans le cadre du conseil de sécurité nationale visant à circonscrire la prolifération du crime en tenant compte des aspects social et éducatif.

Mongi Rahoui est candidat du parti Front populaire au scrutin présidentiel.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire