Le bureau politique du Parti du Congrès pour la République (CPR) s’est dit inquiet du climat politique dans lequel se déroule le processus électoral en Tunisie. Un climat marqué, selon le parti par la domination de l’argent politique sale, l’absence d’une couverture médiatique équilibrée et l’absence de l’égalité de chance entre les candidats.

Dans une déclaration publiée jeudi, le parti déplore, également, la multiplication des infractions électorales devant le mutisme des différentes structures chargées du contrôle de l’opération électorale.

Le CPR regrette l’échec des partis qui partagent les mêmes valeurs à trouver un accord sur un candidat unique à l’élection présidentielle. Les candidats de ces partis, se sont contentés de proposer le retrait de leurs rivaux de la même famille politique de la course électorale, en suivant leurs propres intérêts aux dépens de ceux de la patrie, ajoute la même source.

Le parti rappelle, dans sa déclaration, sa position de ne pas présenter un candidat à la présidentielle afin d’éviter davantage d’éparpillement des forces nationales qui soutiennent les objectifs de la révolution.

Le bureau politique du CPR a décidé de laisser libre choix à ses bases militantes, les appelant, toutefois, à voter pour les candidats qui défendent, dans leurs programmes les objectifs de la révolution et qui s’engagent, sérieusement à démanteler le système de corruption et de despotisme.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire