Auteur d’une série désastreuse de six matches sans succès toutes compétitions confondues (5 revers et un match nul), le club bardolais semble vivre une période sans, identique à celle de la  descente en Ligue 2 lors de la saison 2016. Les équipiers de Haykel Chikhaoui sont donc dans le dur. Ils peinent à retrouver leur verve du début de saison et se relancer à terme. L’équipe,  gravement affectée par le départ de quelques piliers, à savoir Jasser Khemiri et Jacques Bessan, n’arrive plus à s’exprimer pleinement. Résultat, le club a perdu pratiquement son style de jeu et son statut au classement. La sonnette d’alarme doit donc être tirée pour un club dos au mur désormais.

Ce faisant, l’effectif est encore perfectible à défaut d’être pléthorique. Il y a juste un blocage à dépasser. C’est même une certitude. Maintenant, la réalité est telle que le ST doit se reprendre en main.

Ombre et lumière
Personne ne s’attendait à voir le ST dégringoler au classement, compte tenu de son début de saison en trombe où il a réussi à tenir tête aux plus grands.  À ce moment-là, les fans ont caressé le rêve d’accrocher les places d’accessit. Mais finalement ils ont dû se rendre à l’évidence. Et au stade Hedi Naifer de devenir le lieu des échecs à répétition du ST. Du côté du Bardo, il est évident que les derniers revers risquent de laisser des séquelles au sein du groupe. Cette réalité nous amène à nous interroger sur les véritables raisons qui empêchent l’équipe d’atteindre ses objectif et remplir les blancs. Maintenant, le prochain déplacement, dimanche à Ben Guerdane, sera sans aucun doute périlleux face à une formation qui se bat pour sauver sa peau. Pour cette raison, le staff technique devra mettre les bouchés doubles pour surmonter les obstacles et pallier les lacunes afin de remettre l’équipe sur les rails.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Ali Arfaoui
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *