Les bureaux de vote en Tunisie ouvrent ce dimanche leurs portes aux citoyens pour leur permettre d’élire leur président. Le scrutin se déroule de 8 h 00 à 18 h 00.

Sept millions 88 mille Tunisiens dont 49 % de femmes, inscrits sur le registre électoral sont attendus aux urnes. Le pourcentage des jeunes de la tranche d’âge 18-35 ans se chiffre à 33 %. L’avancement de la date de l’élection présidentielle, suite au décès du président Béji Caïd Essebsi, prive environ 1 600 jeunes, n’ayant pas encore atteint l’âge légal, de voter ce dimanche.

À noter aussi que 13 mille observateurs de la société civile dont 450 étrangers suivront de près l’opération électorale qui sera marquée par une forte présence des représentants des partis politiques à qui l’Instance supérieure Indépendante pour les Élections (ISIE) a fourni plus de 80 mille accréditations.

Mille huit cents journalistes dont trois cents étrangers assurent la couverture de l’évènement.

Au moins 70 000 agents et cadres de la sécurité nationale seront déployés dans les différentes régions du pays pour assurer le bon déroulement du vote. Ils seront divisés en deux principaux groupes. Le premier (48 000 agents) assurera la sécurité des centres de vote, les centres de collecte, les sièges centraux et bureaux régionaux de l’ISIE.

Le deuxième groupe sera mobilisé sur tout le territoire pour assurer la sécurité générale du pays. Des unités de la protection civile seront aussi en place pour toute intervention ou urgence.

À noter que ces agents ont bénéficié d’une formation sur les relations avec les différents acteurs intervenant dans le processus électoral.

Pour les Tunisiens à l’étranger, le scrutin a démarré depuis jeudi dernier dans la circonscription à Sydney en Australie et se poursuit jusqu’à ce dimanche. Le dernier bureau qui fermera ses portes se trouve à San Francisco (USA).

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Un commentaire

  1. BOUGUERRA MOHAMED LARBI

    15/09/2019 à 12:45

    Bonjour
    J’habite à Paris depuis 1994. J’ai toujours voté à Paris. Ce samedi, au BV de la rue Montera (12éme arrondissement) on me dit que je suis inscrit à Bizerte!
    En 2011 pourtant, j’ai fait partie du bureau de l’IRIE France 1 et en 2014, j’ai présidé le BV de la rue Montera.
    De plus, aucun moyen de joindre l’ISIE à Tunis. Le mail ne passe pas et les téléphones sont muets.
    On me dit que je ne suis pas un cas unique et que d’autres électeurs ont vécu ma pénible et frustrante expérience.
    L’ISIE peut-elle nous expliquer ce qui se passe et rectifier le tir pour qu’on puise exercer nos droits civiques au second tour (si second tour il y a) et aux législatives?

    Répondre

Laisser un commentaire