Des affrontements ont eu lieu mercredi en début d’après-midi entre les forces de l’ordre et un groupe d’étudiants de l’Union générale des étudiants de Tunisie (UGET) devant le siège du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.
Les forces de l’ordre ont lancé du gaz lacrymogène ce qui a causé une perturbation de la circulation à la rue Ouled Haffouz à Tunis, a constaté le journaliste de l’agence TAP.
Une situation d’anarchie s’est installée aux alentours du ministère où des groupes d’étudiants se sont rassemblés pour revendiquer l’organisation du concours du CAPES, ont fermé la route et ont lancé des pierres contre les forces de l’ordre avant de s’éloigner progressivement vers les rues avoisinantes.
L’UGET avait souligné le 03 avril son refus du projet stipulant le recrutement des enseignants uniquement ayant bénéficié d’une formation en licence et en master de l’éducation et de l’enseignement écartant ainsi tous les étudiants diplômés du supérieur du secteur de l’enseignement.
Ils ont, en outre, appelé à rétablir le concours de CAPES (concours d’aptitude au professorat de l’enseignement secondaire (CAPES).
A noter que le ministère de l’éducation avait annoncé le 02 avril dernier que Les bacheliers de cette année scolaire 2018-2019 auront la possibilité de choisir la carrière d’enseignant dès l’obtention du baccalauréat en optant pour le master spécialisé dans le professorat de l’enseignement secondaire et primaire.
Le lancement de ce master vise, selon le ministère, à améliorer la qualité de l’enseignement et ce, dans le cadre d’un partenariat entre les ministères de l’éducation et de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *