Dans le cadre de la coopération tuniso-allemande, le ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche et le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) ont décidé conjointement la mise en œuvre de plusieurs projets dans les domaines de l’agriculture et de la gestion intégrée dans les ressources en eau en Tunisie. La concrétisation de ces projets a été confiée à la GIZ en collaboration avec les différents départements et organismes relevant du ministère de l’Agriculture.

Le premier projet PAD II (promotion de l’agriculture durable et du développement rural) vise à appuyer les perspectives de développement local basé sur une agriculture durable et à améliorer les revenus de la population rurale, en particulier des femmes et des jeunes.

Ce projet, lancé dans sept gouvernorats des régions du Centre-Ouest et du Nord-Ouest, à savoir Kairouan, Sidi Bouzid, Kasserine, Siliana, Le Kef, Jendouba et Béja, renferme cinq composantes: la gestion durable des systèmes de production agricole et agroalimentaire, la promotion des chaînes de valeur agricoles et des exportations, l’amélioration et la diversification des services agricoles, la promotion d’une agriculture durable au niveau stratégique et politique et la la promotion de l’emploi et de l’entrepreneuriat agricole. Le budget alloué à ce projet s’élève à 10.500.000 euros dont l’exécution s’étale sur quatre ans 2016-2019.

Filières agricoles

Une enveloppe de 4.000.000 d’euros a été mobilisée pour la réalisation d’un autre projet qui consiste en une initiative pour la promotion des filières agricoles. Son objectif est de faciliter l’accès des groupements de petits agriculteurs et des petites  et moyennes entreprises aux financements à travers leur intégration dans un processus de développement de filières. Des filières soutenues par l’huile d’olive, les fruits et légumes, les produits forestiers non ligneux et les produits laitiers.

Le projet est implanté dans les  gouvernorats de Béja, Jendouba, Kairouan, Kasserine, le Kef, Sidi Bouzid et Siliana. Les agriculteurs  et agricultrices bénéficieront d’une formation visant à developper leurs capacités à créer des projets d’investissement et à réaliser des projets pilotes de développement durable de chaînes de valeur.

Il est à signaler que ce projet  (2015-2019)  soutient le développement d’une approche régionale de financement des chaînes de valeur à travers des cellules régionales réunissant régulièrement les principaux intervenants du secteur financier agricole ainsi que les acteurs du conseil et d’appui.

Par ailleurs et dans le cadre de l’initiative  «un seul Monde sans faim», initié par le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement, un programme d’innovations vertes pour le secteur agricole et agroalimentaire est lancé en Tunisie parmi 14 autres pays du monde, visant, d’une part, à promouvoir les petites exploitations agricoles afin d’aider celles-ci à augmenter durablement leurs productions ainsi que les revenus.

Nouveaux emplois

D’autre part, ce programme favorise la création de nouveaux emplois dans les petites et moyennes entreprises agroalimentaires, notamment pour les jeunes. Afin d’atteindre ces objectifs, le projet «innovation pour l’agriculture et l’agroalimentaire  (IAAA)  introduit des innovations dans plusieurs filières ( lait, pommes de terre…) et crée de l’emploi en appuyant les startup et les idées innovantes des jeunes diplômés, sachant que l’Agence de promotion des investissements agricoles (Apia) est partenaire de ce projet dont le coût a atteint 7.000.000 euros. Il a démarré en 2015 pour s’achever en 2021.

En outre, l’année 2019 verra l’achèvement d’autres projets dont celui relatif à la promotion de l’autonomisation économique des femmes rurales (PFR)dont l’objectif est d’améliorer les capacités techniques et organisationnelles de ces femmes en les soutenant dans la commercialisation des produits du terroir tunisien et en les accompagnant pour l’application de modèles de financement durable.

Gestion intégrée des ressources en eau

Un autre projet sera achevé cette année ayant pour objectif la réduction de la demande en eau par l’adoption d’un comportement plus responsable de la population et l’application de mesures prises par le ministère de l’Agriculture et inscrites dans la stratégie nationale de l’eau, la nouvelle loi de l’eau, la révision du système d’arbitrage dans le secteur de l’eau…

Le projet contribue également à la mise en œuvre de la sensibilisation à l’économie de l’eau au niveau national. Au niveau local, les interventions se concentrent dans les gouvernorats de Kairouan et Sidi Bouzid.

Ce projet d’appui à la gestion intégrée des ressources en eau (Agire) contribue aussi au renforcement des services privés pour les groupements de développement agricole.

Dans le même contexte, les populations locales vivant à l’amont de la plupart des barrages ne bénéficient pas des mêmes avantages que ceux vivant à l’aval, et ce, en raison du manque d’irrigation. L’agriculture y est peu développée et le chômage est élevé. En effet, le projet de participation de la population rurale à la gestion de l’eau et du sol en amont du barrage de Nebhana à Oueslatia,  lancé en 2016 jusqu’à 2020, vise entre autres à appuyer la valorisation et la commercialisation des produits du terroir, l’agriculture biologique…

Charger plus d'articles
Charger plus par Najoua Hizaoui
Charger plus dans Supplément Economique

Laisser un commentaire