Sous le hastag #CommitToAct qui signifie en anglais « s’engager à agir », les observatoires internationaux de la sécurité routière mettent les bouchées doubles à travers la publication de cette enquête citoyenne. Elle permettra de faire pression sur les gouvernements de chaque pays afin d’agir concrètement et de manière plus significative sur le terrain.

D’après une étude de l’organisation internationale Alliance Global of NGO’s for Road Safety, 44% des victimes de la route en Afrique sont des piétons et des cyclistes. Un chiffre qui révèle à lui seul l’hécatombe sur les routes et trottoirs en Afrique. C’est pratiquement une personne sur deux qui meurt tous les jours d’un accident de la route en étant au volant ou passager dans une voiture ou autre. Une autre par ricochet qui est souvent simple piéton ou cycliste.

Cette réalité frappe particulièrement le continent africain dont la Tunisie précisément qui se situerait au même seuil alarmant. Mme Afef Ben Ghenia, présidente de l’Association des ambassadeurs de la sécurité routière, alerte sur l’état des lieux sur notre territoire : « La Tunisie est très mal classée en matière de sécurité routière notamment pour les piétons et les cyclistes qui sont fauchés sur nos routes».

A ce sujet, une enquête multilingue a été lancée par Alliance Global of NGO’s for Road Safety en collaboration avec Accountability International pour connaître le parcours de chacun et son opinion sur le niveau de danger de la route dans son pays respectif. Cette enquête est un effort conjoint de l’Alliance mondiale des ONG pour la sécurité routière dont l’ASR est membre depuis 2013 et Accountability Interrnational. Afef Ben Ghenia est une « alliance advocate » au titre d’avocate de l’alliance impliquée et engagée au sein de cette organisation internationale.

Sous le hastag #CommitToAct qui signifie en anglais « s’engager à agir », les observatoires internationaux de la sécurité routière ont mis les bouchées doubles à travers cette enquête citoyenne afin de faire pression sur les gouvernements de chaque pays à agir concrètement et de manière plus significative sur le terrain.

Caractéristiques de l’enquête

Pour partager son expérience, il suffit de répondre aux questions de l’enquête qui prend une dizaine de minutes et qui est accessible en cliquant sur le lien suivant :http://bit.ly.peoples-survey.#CommitToAct. Les accidents de la route sont l’une des principales causes de décès dans le monde. Ils affectent la vie réelle et des personnes réelles. Beaucoup d’entre nous ont été touchés par des accidents de la route ou connaissent des gens dont la vie a été détruite par ces tragédies. L’objectif de cette enquête est de faire entendre la voix du citoyen pour mettre en évidence le problème et appeler les gouvernements à intervenir de toute urgence. « Vous pouvez remplir l’enquête des citoyens et faire entendre votre voix, celles de vos amis, de votre famille, de vos collègues et de vos voisins. Montrons à nos dirigeants l’impact des accidents de la route sur nos vies et exigeons qu’ils #CommitToAct», a observé Afef Ben Ghenia présidente de l’ASR.

La campagne « Commit To Act »

Elle nous décrit l’enjeu de cette campagne internationale qui vise à sensibiliser les gens sur les dangers de la route tous azimuts : conducteurs, passagers, piétons, cyclistes, motards et nous a fait part de sa consternation face à la négligence de ce phénomène qui touche la santé publique : « Beaucoup d’entre nous ont été touchés par des accidents de la route, ou connaissent des gens dont la vie a été bouleversée par une tragédie pareille, car les victimes des accidents de la route, ce ne sont pas seulement des statistiques, ce sont des personnes qui ont des amis, des familles…. dont la vie a été chamboulée par la perte de cet être cher».

L’Association des ambassadeurs de la sécurité routière a pris part à cette campagne internationale en impliquant un grand nombre de Tunisiens qui ont été appelés à répondre aux questions de l’enquête internationale menée par l’organisation Global Alliance of Ngo’s for Road Safety dont l’objectif est de mettre en évidence le problème de l’insécurité routière.  Cette campagne a un bon timing car elle aidera toutes les ONG œuvrant dans le domaine de la sécurité routière à bien se préparer pour la troisième Conférence ministérielle mondiale sur la sécurité routière  qui se tiendra les 19 et 20 février 2020 à Stockholm, en Suède. Elle aura pour objectif également d’impliquer les gouvernements afin qu’ils accordent davantage d’importance aux accidents de la route et qu’ils en fassent une de leurs priorités, en sachant que, selon le dernier Rapport de l’OMS, les traumatismes dus à des accidents de la circulation sont désormais la principale cause de décès chez les enfants et les jeunes adultes entre 5 et 29 ans. L’Association des ambassadeurs de la sécurité routière espère que la Tunisie sera hautement représentée lors de cette conférence afin d’être en phase avec les orientations mondiales dans le secteur de la lutte contre les accidents de la route.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Salem Kechiche
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire